AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 rae ღ the trick is to keep breathing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




ADMIN — Wisdom's speaking to you


☆ date d'arrivée : 06/12/2014
☆ potins balancés : 2583

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 19:36

Rae I. Fitzpatrick
we were caught up and lost in all our vices


identification complète Si sa mère se prénomme Rae-Ann et sa grand-mère Rae-Leen, la demoiselle n’a bénéficié que de la première partie. Rae. Prénom raccourci et à la con, pour une demi-portion.  Parait que ses vieux étaient à court d’idées. Imogen lui a été attribué en second. Enfin, c’est une Fitzpatrick. Seulement de nom. âge Rae compte 29 hivers à son actif. Le trentième arrive sous peu.  lieu/date de naissance Irlandaise pure souche, elle a l’accent corkconian bien marqué bien qu’elle se soit baladée au cours de la jeunesse. Elle est née le 17 février à Cork (et à l’écouter, ça devrait être la capitale). études suivies A vouloir choisir un chemin différent de celui qu'on voulait qu'elle suive, Rae s'était plongée corps et âme dans la physique. Une équation par-ci, une équation par-là. Voilà. job Rae n'a jamais achevé sa scolarité, l'interrompant au bout de la quatrième année avant de finir son undergrad. Résultat des courses, elle a rejoint le staff de l'université et s'occupe de promouvoir son image et d'accorder les financements aux différents collèges. orientation sexuelle Rien de mieux que la chaleur d'un mâle. Hétérosexuelle, donc. statut Eternelle célibataire. Si elle n'arrive pas à se supporter, comment les autres pourraient-ils réussir l'exploit? statut social ££££caractère curieuse, rae s'intéresse à tout. surtout à ce qui ne la regarde pas. elle a la facheuse manie de mettre son nez dans les affaires des autres, d'appuyer là où ça fait mal, de surligner d'un grand coup de stabilo ce qui ne va pas. colérique, rae ne supporte pas avoir torp. elle s'emporte trop facilement. s'emporte dans les mots. s'emporte dans les gestes. sauf qu'elle ne le regrette pas. malsaine, au contraire, elle ne vit que dans la confrontation. elle a toujours été au centre des plus grands dramas et échange de larmes. sauf que elle, ça la fait jubiler. ça la fait rire. moqueuse, l'ironie est son plus proche allié. si bien que les autres ne savent pas vraiment ce qu'elle a en tête. et elle non plus d'ailleurs. difficile à suivre en quelques sortes. aussi difficile que les équations qu'elle lâche sur papier d'un air décidé. intelligente malgré tout, ce n'est pas parce qu'elle a abandonné les cours au bout de la quatrième année sans valider son diplôme qu'elle ne vaut rien. ça plus son côté observatrice donne un mélange détonnant. elle enregistre toutes informations, les macère un long moment avant de trouver le moment opportun pour les dégueuler sur une assiette d'argent. patiente dans un sens, rae ne supporte pas le retard et ne manquera pas de cracher toute son acidité si sa patience arrive à terme. honnête d'une certaine manière, la jeune femme ment bien souvent qu'elle ne le fait croire. sa vie n'est que mensonge déguisé, il faut croire. souvent qualifiée de folle, rae vout affirmera que c'est vrai. et qu'elle s'en contre fou. ce qu'elle veut, c'est continuer de détruire ceux qui l'entoure. et sa famille en particulier. charismatique, elle se dit bien qu'avec ses beaux yeux, on finira bien par lui pardonner dans tous les cas. .  groupe Hard worker. avatar Gemma Arterton.

Welcome to the jungle
Un sourire accrocheur et aguicheur pour contrer ce qu’elle pense réellement : elle n’en à rien à foutre de vous. De vous, d’eux, d’elle aussi. En réalité, elle se moque un peu de la vie. Eduquée en Irlande, la demoiselle est fan de Camogie. Et si elle y jouait petite, c’est parce que les bagarres passent (presque) inaperçues Parfois, elle se plait à dire qu’elle a tué le bonheur. Happiness, c’était le nom du chat voisin qui est passé sous la voiture la première fois qu’elle a pris le volant. Charismatique à souhait, elle aime charmer et prend plaisir à draguer. Dès que c’est un brin plus compliqué, ça l’excite. Certainement une raison pour laquelle elle a pris la physique pour étude. Elle s’est spécialisée dans le domaine du confinement quantique en quatrième année avant de simplement laisser tomber les études. Ca ne l’empêche pas de poursuivre ses lectures et de publier quelques réflexions dans des journaux indépendants. Aime le grec ancien (déjà pour la forme des lettres). Rae aime présenter l’opposé de toutes choses. Elle adore se battre contre l’opinion publique car, dans le fond, elle ne vit que dans la confrontation. Souvent, elle aimerait balayer et balancer tout ce qui se trouve à portée de mains. Plus d’une fois, l’irlandaise a été qualifié de folle. Elle vous répondra sûrement d’un doigt d’honneur avant de réfléchir à comment elle pourra vous pourrir dans le futur. Malsaine a souvent été le terme qu’on a employé à la place de folle. Elle le sait et ne peut que le confirmer. Rae est en extase lorsqu’elle dépense de l’argent. Elle aime dépenser à outrance, vomir les billets et voir les autres se décomposer devant le montant de ses achats. Pourtant, elle déteste tout autant les riches, les pauvres, les drogués, les incapables, les lents, les silencieux. Elle se déteste, aussi. C’est une véritable boule d’énergie, malgré la trentaine approchant. Si elle fumait et buvait beaucoup, elle a limité les doses récemment (faute de moyens). Pour autant, elle ne s’est jamais droguée. Elle exècre les drogués, vraiment. Rae a toujours voulu changer la face du monde. Mais elle s’est résignée, se sentant trop petite. Pour crier sa rage, elle a seulement décrété qu’elle vous détestait. Bien qu'elle sortait (et sort) souvent, elle n'a jamais réellement tenue l'alcool. Oops.

Que répond le petit whisky à ces QUESTIONS TORDUES ?
Que représente Oxford pour toi ? La voie de la rédemption. Un univers clos et chaleureux pour ceux qui ont été accepté. Un univers clos et impitoyable pour ceux qui n'ont décidément pas leur place.
Plutôt bon verre de scotch ou shots de tequila ? Le tequila a un goût amer qui reste en arrière gorge. Pour elle, ce sera un bon verre de Jameson. On ne renie pas ses origines irlandaises. Aussi, ça fait beaucoup plus sérieux.
Il parait que le sexe c'est mal, t'en penses quoi toi ? Elle n'en pense rien. Chacun à son propre avis sur la question. Et tant que les autres ne se mentent pas à eux-mêmes (elle pense aux croyants d'Irlande qui "pratiquent" le sexe tout en prêchant la bonne parole).
As tu fait quelque chose dont tu n'es pas très fière ? Plus d'une fois. Rae n'est pas fière sur le moment mais après, elle hausse les épaules et oublie. Ce qui est fait dans le passé reste dans le passé - elle s'est promise de ne jamais regretter.
Ça te fait quoi quand l'Oxymoron publie des infos sur toi ? Etrange sentiment. Elle jubile presque d'être au centre de l'attention alors que, en même temps, elle crache sur le fait que tous les yeux soient tournés vers elle. Enfin, c'était lorsqu'elle était étudiante. A présent, elle se sent un peu plus protégée.
Je suis sûr que tu as une petite manie insupportable, laquelle? Serait-ce ce sempiternel haussement de sourcils qu'elle adresse en guise de réponse? Ou ce claquement de langue contre son palai lorsqu'elle est agacée? Ou peut-être le fait qu'elle ait toujours quinze minutes de retard? (ce qu'elle appelle le quart d'heure irlandais, tss - claquement de langue - )

pseudo/prénom Elsa/zaw. âge 24 (gosh). lieu d'habitation Irlande, oé oé. où as-tu connais le forum J'ai suivi le projet sur Bazzart, stalké un max, voila. t'en penses quoi? Que cela valait le coup d'attendre tout ce temps. un dernier mot? J'ai un clavier qwerty de merde et ya une faute dans la question précédant la précédente.  :20:

Code:
[b]Gemma Arterton[/b] ✗ Rae I. Fitzpatrick


Dernière édition par Rae I. Fitzpatrick le Mar 9 Déc - 0:37, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — Wisdom's speaking to you


☆ date d'arrivée : 06/12/2014
☆ potins balancés : 2583

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 19:36

The story of my life

Histoire banale sans l’être pour autant. Je ne suis que ce que l’on ait voulu que je sois, aux yeux de la plupart. Ou ce que je suis vraiment, pour le reste. Le petit reste que l’on a soustrait à la masse. Tout et rien à la fois, en somme. Un devenir incertain que l’on aurait voulu brillant. Une certitude dans une mer d’incertitude. Une personnalité changeante, dépendant de mes envies et de mes mensonges. Tout et rien, encore une fois. Surtout rien d’ailleurs. Un rien hypocrite, un rien qui déteste le monde, un rien sans espoir. Je me plais à dire que je suis quelqu’un qui va rater sa vie. Je le sais, je le sens, c’est ancré au fond de mon être. Rater sa vie, c’est une noble cause. Sans forcément d’aller d’échec en échec mais plutôt d’inaction en inaction. Comme ça. Au gré de mes désirs. Désirs d’enfant gâtée et désabusée. J’ai grandi dans un monde suintant le luxe et la débauche. Débauche de mes vieux et de leurs amis – et donc la mienne, par la suite logique des choses. Luxe inavouable qui ferait crever le premier chrétien qui passerait par-là, prenant mon péché pour le sien. Mon père, Niall, était le directeur de la branche de Deloitte. basée à Cork. Il passait son temps d’audits en audits (semblait-il) afin d’étoffer le porte-monnaie de ma mère, Rae-Ann, qui le remerciait grassement en ouvrant les jambes à d’autres mâles. Heureusement, elle était aussi présente à la maison qu’elle était bruyante au lit. Elle avait le bagout et la gueule d’une grande Dame. Et si elle m’a vraiment appris quelque chose, c’est bien la valeur de l’argent et l’étrange plaisir qu’apporte le fait de le jeter par la fenêtre. Littéralement. Je me souviens entrouvrir la fenêtre de la voiture et jeter, un à un, quelques billets – front collé contre la glace – alors qu’on avançait sur Patrick Street. Elle avait laissé échapper un rire cristallin, ce jour-là. Et je m’étais jurée de grandir comme ça, de les plumer pour mon plus grand plaisir, pour extérioriser ce malaise qui bouffait mes jours et mes nuits.

un jour en 2002 – déracinement ;
Si Cork était la deuxième ville d’Irlande (et accessoirement la presque-capitale, Up the rebels !), ça n’en restait pas moins l’ébauche d’une ville qui n’avait pas abouti. Un avorton de ville qui avait voulu voir grand sans vraiment savoir s’imposer. Un embryon de ville en soit. Un brin trop petit et étouffant pour quelqu’un comme moi. Il suffisait de faire quelques pas pour croiser son voisin. Quelques pas de plus pour tomber sur l’autre voisin. Et une centaine de mètre plus loin, je me retrouvais en pleine conversation avec une autre connaissance dont je cracherai bien le nom et le dégout. La proximité des uns et des autres me révulsait. J’avais la vague impression d’être piégée dans un cercle infernal, fatal. L’école ne faisait que renforcer cette idée, j’exécrais n’être entourée que de filles. De n’avoir que des femmes pour professeurs. Et de me retrouver le soir venu avec ma mère. Ma vie n’était qu’un cauchemar ambiant et mouvant. Un gloussement infini. Une ribambelle de faux sourires et de faux espoirs. Si seulement il s’arrêtait de pleuvoir.
Assise tant bien que mal sur un vieux fauteuil de cuir, prospectus en main, je rêvais de mettre pied autre part. Je n’avais aucune envie de rentrer à UCC, de revoir les mêmes têtes l’an prochain à l’université, de cracher sur le dos des mêmes personnes. J’avais besoin d’un nouvel échiquier, de nouvelles rencontres. Et c’était là qu’elle s’était démarquée. Elle, c’était l’université d’Oxford. L’élite de l’élite dont la renommée traversait la mer irlandaise. L’utilisant comme un éventail, rêvassant, je n’avais pas vu Rae-Ann se glisser discrètement dans le salon. Un léger toussotement pour attirer mon attention et la voilà déjà qui partait dans un monologue interminable. J’aurais pu l’écourter, du haut de mes dix-sept ans. Mais pour une fois, elle avait capté mon attention.
- … Oxford.
- Pardon ? J’avais arrêté de ventiler, plongé mes prunelles dans les siennes. Que voulait-elle à Oxford ?
- Ton père a appuyé ton dossier pour Oxford. Elle s’était retournée, dirigée vers le buffet pour y prendre sa carte bleue qui y reposait.
- …
- Il te faut une nouvelle garde-robe. File chercher de quoi te couvrir, nous partons.
Ce jour-là, ce n’était pas un rire cristallin qui était sorti de sa bouche. Mais un large sourire était apparu sur ses lèvres. J’avais déduit qu’elle était fière de moi (même si Niall avait appuyé mon dossier)  - j’ai juré que cela allait être la dernière fois.

un jour en 2004 – exil ;
Oxford avait l’odeur tendre d’une pomme au four. Elle attirait nombre de fils et filles de, m’attirait aussi, m’avait coincée dans ses filets. Oxford avait l’odeur d’un verre de grenadine. Elle envoûtait et berçait les âmes alors que, dans le fond reposait une goutte de vinaigre. C’était la bouteille entière qui m’avait aspergée, me rendant plus acide que je ne pensais l’être. Railler était devenue une devise (Dominus Illuminatio Mea ne valait rien à ses côtés), un leitmotiv aussi. La langue tranchante, je balayais toute concurrence d’une phrase bien tournée et d’un sourire bien placé.  Beaucoup se demandait pour quelles raisons je n’étais pas partie en sciences politiques et, le regard désolé, je répondais que c’était justement ce qu’on attendait de moi (et ce pourquoi je n’y allais pas). Je n’avais pas envie de leur donner satisfaction, de leur faire cet honneur – quand bien même j’aurais pu réussir. Au contraire, le cursus physique avait eu raison de moi (la vraie physique, celle remplie d’équations, pas celle des corps) et je me délectais de quelques théories qui pourraient révolutionner le monde. Mieux même, le tracé de certaines lettres grecques avait attiré mon attention et – ne pouvant résister bien longtemps aux belles choses – je m’étais aussi noyée dans le grec ancien. Mon parcours détonnait, ne correspondait pas à la norme, cette foutue norme que beaucoup voulait suivre. Celle que je vomissais. Celle qui hérissait mes poils et ne m’apportait qu’une seule envie : détruire ceux qui y succombaient. J’étais comme ça, en quelques sortes. Destructrice avec un large sourire. Menteuse avec des mots mielleux. Dévastatrice avec un rire cristallin – exactement le même rire à la con qu’avait ma conne de mère. J’aime croire que c’était pour cette raison que les POSH m’ont fait entrer dans leur secte. Après tout, j’avais la gueule et l’argent. Le désir de dépenser un max. D’oublier cette vie et de lui cracher à la face en descendant un énième verre de tequila quitte à rentrer vacillante. Le désir de dévaster aussi.
C’était d’ailleurs cet étrange désir qui m’avait poussé à prendre les voiles. Apparemment, j’étais allée trop loin. Et, surtout, Oxford était comme Cork : trop petite. C’était étriqué. C’était trop anglais. Trop tiré par les cheveux et étonnement coincé. Après deux ans dans l’enceinte de l’école, j’avais besoin de poser bagage autre part : les Etats-Unis. Le nouveau monde représentait mon envie de grandeur. Et, les étoiles pleins les yeux, j’imaginais déjà tous les gens que je pouvais tromper.
- T’es chez les POSH, tu ne peux pas nous quitter.
- Qui a dit que je vous quittais ? J’hausse un sourcil, dévisage Aisling du regard.
- Toi. Ah ? A l’instant. Je croise les bras, la détaille de haut en bas.
- Prétendument intelligente la petite mais il n’y a rien là-dedans. Du doigt, je tapote légèrement sur sa boite cranienne. Il faut voir plus grand, Aisling. Plus grand. Je pose mon bras sur son épaule, l’emmène pour un tour. Ouvrir nos relations. Faire de meilleurs alliés. UPenn, c’est le meilleur endroit. Crois-moi.
Quelle conne.

un jour en 2006 – bannissement ;
Les larmes s’étaient bientôt transformées en un torrent salé et je n’arrivais toujours pas à décider si j’en étais ravie ou désespérée. Pour la énième fois, je parcourais la lettre que mon incapable de mère m’avait fait transmettre. Une phrase ressortait de l’ensemble, m’arrachait les yeux comme si les lettres avaient été surlignées. Les faits étaient là, la vérité tranchante : ils (Niall, plus vraisemblablement) avaient décidé de me couper les ponts. Ils ne vireraient plus d’argent sur mon compte américain et il ne tenait qu’à moi de payer mes frais de scolarité et autres dépenses. Apparemment, encore une fois, j’avais été trop loin. Avais décidé de jeter des lingots d’or par le balcon (à défaut de billets hors de la voiture). Avais ruiné leur réputation le jour où, trop enivrée, j’avais mis le feu (accidentellement) lors d’une soirée mondaine (le but de la soirée étant, justement, de montrer à ces riches à la con que l’argent ne vaut rien. que c’est bien mieux de lui cracher dessus.). La lettre disait aussi que j’étais allée trop loin, encore, lorsque je n’avais pas aidé Adam lorsqu’il s’était fait percuté par une voiture (et entre nous, il n’était pas mort, ce n’était pas trop grave). La lettre disait encore que j’étais allée trop loin lorsque j’avais fini à l’hôpital ( ?) parce qu’un étudiant un peu trop fou avait volé la clef de mon appart’ et avait décidé de s’inviter (effrayée, je lui avais abattu ma lampe de chevet sur le crâne). A bien y réfléchir, j’étais en réalité ravie. Ravie et délectée. Ils m’avaient fallu toutes ces années pour me faire rejeter par ma propre famille – j’avais pensé mettre moins de temps. Et aux larmes, c’était un rire gras qui venait se perdre dans l’instant. Ma coloc’ me regardait d’un air désolé, debout dans l’encadrement de la porte, ne sachant si elle devait me rejoindre ou me laisser. Elle devait certainement penser que je devais être folle – je ne lui en voudrai pas. Elle avait peut-être raison dans le fond. Toutes ses années à cacher le véritable mal-être et à mentir aux autres avaient eu raison de moi. Je craquais. Avais enfin atteint le but ultime dans ma vie qui masquait mon profond ennui. A présent, il ne me restait plus rien à faire ne serait-ce que de crever en paix. Et de cracher sur le monde. Cracher sur les autres. Cracher sur l’argent. Cracher sur ce diplôme de physique. J’arrêtais là, deux semaines avant l’examen final qui allait me donner le précieux sésame.

un autre jour, plus récemment – enracinement ;
Niall et Rae-Ann m’avaient coupé les ponts – quelques mois plus tard, Niall avait été destitué de Deloitte. Un problème de cachet apparemment. Leurs fonds avaient été gelé et, rapidement, j’avais été prise en pitié par la presse Irlandaise qui voyait en moi une héritière déchue (déchue avant même que mon père ne tombe). Certaines filles des POSH m’avaient rappelée, pleurant à ma place pour une chose qui ne me touchait pas. J’aurai pu en rire, raccrocher l’appel pour ne pas prendre le suivant, arracher la carte SIMs pour l’écraser du talon. Mais je n’avais rien fait de tout cela, non. Je m’étais contentée de mettre les appels en haut-parleur, de déposer le combiné sur le bord d’une surface lisse et d’écouter le tout avec une oreille lointaine toute en ponctuant la conversation de quelques…
- … Hum. Bien sûr.
- T’es sérieuse Rae ? Je récupère le combiné, lâche une bouffée de cigarette dans les airs. T’es vraiment la candidate idéale. J’ai lu tes publications l’autre jour, tu devrais reprendre les cours. Et …
- Te fous pas de ma gueule Aisling. J’ai quitté Oxford pour UPenn, tu le sais.
- Et je t’offre la possibilité de remettre les pieds à Oxford et de laver la tâche que ton père a laissé sur ton nom de famille. Tout ce que t’auras à faire, c’est de t’occuper des financements de tout ce qui touche aux domaines des sciences. Et de montrer ta belle gueule pour en récupérer un max. J’ai vu ton instagram, t’es toujours…
- Arrête ton délire Aisling, je prends le premier avion.
- Je t’ai déjà pris un billet en première classe Rae…
Retour au commencement. Ce que j'ai raté: le fait de rater ma vie.




Dernière édition par Rae I. Fitzpatrick le Dim 7 Déc - 18:36, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 19:41

la belle Gemma!!!!!!!!!!!!!!!!! Bienvenue!!!!!!! N'hésite pas si tu as la moindre question!
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 19:42

Gemma!! :bave:
Dire que je devais venir avec elle à la base mais elle correspondait pas à mon idée de perso!!

Excellent choix d'avatar, j'adore, j'adhère!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 19:44

Bienvenu sur le forum :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 19:47

Bienvenue parmi nous :23:
Good luck pour ta fiche :24:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 20:01

Bienvenue sur le forum avc un superbe choix d'avatar :love:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 06/12/2014
☆ potins balancés : 472

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 20:17

Gemma :11: Bienvenue :17:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 20:24

la magnifique Gemma :amoureux: Bienvenue sur le forum! :42:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 21:21

gemma :angel: bienvenuue :42:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 22:15

Bon bah Gemma est mon actrice préférée, elle est juste magnifique. :bave: :bave: Puis accessoirement j'ai vécu un an en Irlande, à Cork plus précisément donc là tu peux pas plus me parler. :bave: :bave: J'ai hâte de voir ce que donne le personnage et putain, il nous faut absolument un lien tous les deux !!! :angel: :angel: Bienvenue à toi. :love:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 22:25

Bienvenue parmi nous :hiii:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — Wisdom's speaking to you


☆ date d'arrivée : 06/12/2014
☆ potins balancés : 2583

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Sam 6 Déc - 23:02

merci vous tous :coeur: :coeur: :coeur:

jupiter; mila est aussi un très bon choix (mais je suis bien ravie que tu te sois désistée. gemma est à moi, à moooi *out*)

clyde; dès que je finis, dès que tu finis ta fiche, le lien viendra (obligé). presque le même âge entre perso. faut juste que j'aille lire ton histoire quand elle sera terminée! (et Cork est une ville géniale. voilà deux ans qui j'y ai posé mes valises ** )




i really want you to hate me
i'm only happy when it rains. i'm only happy when it's complicated. and though i know you can't appreciate it. i'm only happy when it rains × garbage by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Dim 7 Déc - 0:27

Gemma :bave: Bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité
Invité




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Dim 7 Déc - 12:38

Bienvenue :29:
Courage pour ta fiche :48:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 06/12/2014
☆ potins balancés : 472

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Dim 7 Déc - 21:10

Félicitations, tu es validée !
jusqu'à l'excès
J'aime vraiment bien ce petit trait du personnage "l’accent corkconian".

J'aime bien son caractère, elle a l'air spontanée, d'un naturel déconcertant.

Citation :
Rae a toujours voulu changer la face du monde. Mais elle s’est résignée, se sentant trop petite. Pour crier sa rage, elle a seulement décrété qu’elle vous détestait.
:amoureux:  j'adore comme tu écris :coeur:

Citation :
Un univers clos et chaleureux pour ceux qui ont été accepté. Un univers clos et impitoyable pour ceux qui n'ont décidément pas leur place.
C'est tellement ça !

Une ancienne posh  :coeur: , j'aime la façon dont tu as montré la solidarité du groupe et l'ambiance d'Oxford.

C'est de loin la meilleur fiche que j'ai lu en 6 forums administrés :16:  Tu écris super bien, j'ai relu deux, trois phrases en me disant "c'est vachement bien" ou "c'est p*tain de beau".


Ton avatar est dans le bottin et tu intègres, à partir de maintenant, les Oxford's students. Tu peux à présent te balader et poster dans tout le forum comme bon te semble. Si tu as des questions n'hésite pas :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — Wisdom's speaking to you


☆ date d'arrivée : 06/12/2014
☆ potins balancés : 2583

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   Lun 8 Déc - 0:37

Oh, merci Oliver. C'est la plus gentille chose qu'on m'ait dite aujourd'hui :coeur:
Je te Mpotte si j'ai une question dans tous les cas :D




i really want you to hate me
i'm only happy when it rains. i'm only happy when it's complicated. and though i know you can't appreciate it. i'm only happy when it rains × garbage by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: rae ღ the trick is to keep breathing   

Revenir en haut Aller en bas
 
rae ღ the trick is to keep breathing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce que vous attendez de Ghost Trick
» Un peu de GHOST TRICK?
» Trick or treat - Des friandises ou un mauvais tour
» Ghost Trick
» CC14 - The Hat Trick [BETA]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jusqu'à l'excès  :: Administration universitaire :: Bureau des admissions :: Inscriptions acceptées-
Sauter vers: