AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (saoirse&rae) every step you take, i'll be watching you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




ADMIN — Wisdom's speaking to you


☆ date d'arrivée : 06/12/2014
☆ potins balancés : 2583

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: (saoirse&rae) every step you take, i'll be watching you   Sam 26 Mar - 21:09


every step you take, i’ll be watching you



« Fitzpatrick ! » s’est exclamé le Doyen Hamilton en début de semaine en passant la tête dans l’entrebâillement de la porte.  Relevant la tête, l’Irlandaise a  froncé les sourcils pour l’inviter à poursuivre, attendant de voir ce qu’il veut. Frénétiquement, il se frotte les mains tandis qu’un large sourire barre son visage. Le pauvre, il ne s’est pas autant présenté dans les bureaux de l’administration depuis la mort de Balthazar (déjà) et le départ de sa fille pour la France (ensuite). Faut dire que la fuite de la nouvelle en a surpris plus d’un. Apprendre que la perle des yeux du Doyen ait un gamin – erreur de jeunesse – a été au centre de toutes les discussions. « Ne prévoyez rien pour le week-end. Repas avec les Grand de l’université de Glasgow afin de resserrer les liens. Je m’attends à voir sur mon bureau, lundi, un nouveau contrat avec une nouvelle entrée d’argent. » Les joies d’avoir un contrat assez large, s’étendant de la promotion de l’image de l’université jusqu’au financement des différents collèges. L’Irlandaise soupire, ravie de mettre le large pour le week-end : elle en a marre des rues d’Oxford. Elle en a marre d’être confinée dans le même environnement, de voir les mêmes personnes, de fouler les mêmes pierres. « Berkeley vous accompagne. Saoirse Berkeley. Ou, plutôt, vous l’accompagnez, » achève-t-il avant de disparaître de son champ de vision. Pour le coup, l’Irlandaise serre les dents, peu ravie de devoir avancer main dans la main avec l’ancienne présidente des POSH. Certes, Rae l’apprécie pour lui avoir offert la possibilité de remettre les pieds dans Oxford … mais son appréciation se limite à ça dernièrement.

Six heures de trajet entre Oxford et Glasgow.
Six heures de trajet, assise aux côtés de l’autre Irlandaise, à prétendre dormir et s’intéresser pour la énième fois à un livre de physique.
Six heures de trajet, simplement.

Mais, à présent qu’elles sont toutes les deux à Glasgow, les deux trentenaires sont installées côte à côté. L’Irlandaise sait pertinemment qu’elle va devoir se la couler douce et ravaler son venin. Elle sait qu’elle va devoir être tout sourire afin de sceller l’accord entre les deux universités. En principe, Rae maîtrise. Un sourire par-là, un mot doux par-ci, elle arrive parfaitement à berner son interlocuteur et à le bercer dans le sens du poil. Sa mère lui a toujours dit qu’un peu de sympathie a tendance à faire fondre les suspicions et à gagner la confiance d’autrui. Mais, en l’occurrence, la sympathie est toute relative. Venant de la part de Rae, ce n’est qu’un masque de bonté – au fond, bien au fond, la brune est prête à montrer les dents, prête à laisser son sarcasme s’exprimer quitte à blesser. Parce qu’elle est comme ça, l’Irlandaise : elle se moque un peu (beaucoup) de ce que les autres peuvent bien penser. Elle se moque de si elle peut blesser – parce que c’est son but, justement.

Penchée par-dessus son assiette, la brune rigole à gorge déployée à la moindre blague – aussi mauvaise soit-elle. Elle joue le jeu, rentre dans le rôle qu’on lui a attribué. « Presque ! Il s’agit en réalité d’une sorte de … réalité virtuelle. Les départements de visuel et d’informatique avancent de concert. A la fin de l’année, je mets ma main à couper que vous aurez votre prototype ! », lâche Rae dans les airs alors qu’elle tente de pousser l’accord. Son interlocuteur fronce les sourcils et la dévisage – elle le sait, il est à deux doigts de lâcher. L’Irlandaise en profite alors pour claquer des doigts en direction du sommelier pour qu’ils viennent tous les resservir. L’appétit de la brune est grandiose : elle a autant envie de terminer son assiette que de mettre le mec dans sa poche. D’un signe de tête, elle indique Saoirse qui se tient sur sa gauche. « Pire que ma main a coupé, je peux mettre mon post au sein d’Oxford en jeu. T’en penses quoi Saoirse ? » lui demande-t-elle, peu soucieuse de son avis. La remise en question de son métier est « relative », là encore. Ce que Rae veut : juste titiller son amie et tenter de faire pencher la balance.






i really want you to hate me
i'm only happy when it rains. i'm only happy when it's complicated. and though i know you can't appreciate it. i'm only happy when it rains × garbage by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




WORKER — vivre pour travailler.


☆ date d'arrivée : 04/01/2016
☆ potins balancés : 45

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (saoirse&rae) every step you take, i'll be watching you   Dim 27 Mar - 19:51


every step you take, i’ll be watching you



Ce vendredi matin, lorsque j'arrive dans mon bureau, je pense déjà au travail qui m'attend. Je compte m'avancer et finir le plus de dossiers possibles avant mon départ pour Glasgow ce week-end. J'ai en effet reçu un email de la direction en début de semaine qui m'invitait à me rendre à Glasgow pour sceller un contrat avec l'université et à la suite de la réception de cet email j'ai moi-même demandé à ce que Rae Fitzpatrick soit prévenue qu'elle devrait m'accompagner au repas. J'ai fait en sorte qu'elle ne sache pas que je l'avais moi-même faites "réquisitionner" parce que pour l'instant on a pas vraiment eu le temps de parler de ce qu'il s'était passé avant son départ d'Oxford. Mais je compte bien profiter de ce moment pour régler mes comptes avec elle, mettre les choses au clair et voir ce qui découlera de ce week-end.

A présent dans le train pour six heures, je vois bien que Rae n'est pas à l'aise du tout et j'en rigole fortement intérieurement. Elle ne fait que bouger, feigne de s'endormir à moitié puis se réveille avant d'attraper un livre, inintéressant à mon goût, et le lire rapidement et tout ce schéma se répète sans fin. Pendant ce temps, je suis confortablement installé sur mon siège, un petit plaid sur les jambes et occupée sur mon ordinateur. Je commence par finir le travail que j'ai à faire avant de regarder un film tranquille, tout en surveillant Rae du coin de l’œil. Je vois bien que Rae ne sait que faire mais je compte bien la faire mijoter encore un peu.

Finalement arrivées dans la belle ville de Glasgow, le repas se déroule plutôt bien. Je suis calme, souriante et me fais observatrice, laissant à Rae l'occasion de parler, de faire jouer son charme en notre faveur. Malgré tout, l'autre irlandaise s'avance sur un terrain ardue lorsqu'elle aborde le sujet de la réalité virtuelle qui a été lancé dans les départements de visuel et d’informatique. Elle me demande mon avis d'un air peu soucieux tandis que je sais très bien que si elle met son poste en jeu devant moi c'est certainement parce que je suis sa supérieure et que c'est moi qui lui ai proposé de revenir et de prendre ce poste. Se pourrait-il qu'elle soit un peu saoule et qu'elle se laisse aller ou en profite-t-elle ? Toujours est-il que je me dois de répondre même si je ne sais que dire. "Je crois que Rae va un peu vite en mettant son poste au sein d'Oxford en jeu, même si elle sait très bien qu'étant sa supérieure, elle ne risque pas grand chose." Je dis ça sur le ton de la plaisanterie, souriant et me faisant passer pour la gentille supérieure encore naïve aux yeux de Rae. "Malgré tout il est vrai que les départements de visuel et d'informatique travaille efficacement en ce moment." Le responsable de Glasgow semble satisfait de ma réponse, je pense qu'on tient quelque chose et qu'il serait temps de conclure rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — Wisdom's speaking to you


☆ date d'arrivée : 06/12/2014
☆ potins balancés : 2583

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (saoirse&rae) every step you take, i'll be watching you   Sam 16 Avr - 0:09


every step you take, i’ll be watching you



Prétendre et paraître : les deux conditions sine qua non pour s’en sortir dans un milieu vorace. Heureusement, l’Irlandaise maîtrise les deux sujets à la perfection, dépose un éclat de rire ou envoie valser ses cheveux au moment voulu. Elle a ça dans le sang, la brune. Elle sait pertinemment à quel moment retourner sa carte pour faire avancer le jeu, elle sait parfaitement comment jouer les pions à son avantage – quitte à se mettre momentanément dans une position qui, d’un rapide coup d’œil, apparait comme désavantageuse. A force de jouer, Rae a appris qu’elle ne peut pas tout maîtriser et qu’elle doit paraître et prétendre être profondément humaine pour amadouer. Après tout, afficher ses faiblesses (aussi fausses soient-elles) semble avoir un effet soporifique – les autres tendent à mieux accepter lorsque leur « adversaire » se dévoile. Alors, cachée derrière un sourire innocent, Rae fait ce qu’elle a de mieux : chercher la faille des autres pour s’y incruster, perturber et repartir conquérante après avoir laissé son interlocuteur sur le trottoir, chancelant.

« Je crois que Rae va un peu vite en mettant son poste au sein d’Oxford en jeu, même si elle sait très bien qu’étant sa supérieure, elle ne risque pas grand-chose », finit par lâcher Saoirse sur le ton de la plaisanterie. Les lèvres de Rae s’étirent un peu plus en un large sourire.
« Preuve supplémentaire que le projet est si innovateur qu’il ne faut pas passer à côté, » reprend-elle aussitôt, à deux doigts de faire un clin d’œil à l’autre Irlandaise, tapotant de l’index sur le bois de la table. Avec le temps, Rae ne sait que penser de l’ancienne présidente des POSH. Autrefois naïve à souhait, la brune se demande si elle n’a pas découvert, depuis, les joies de la manipulation. Après tout, il faut un minimum en user pour occuper le rôle qu’elle occupe. Et, à la vue des compétences de Saoirse (pauvres, selon la brune), ce n’est certainement pas grâce à elle qu’elle est à la tête de ce département. Manipulation ou argent : ce sont les deux autres solutions qui semblent faire du sens aux yeux de Rae.
« Malgré tout, il est vrai que le départements de visuel et d’informations travaillent efficacement en ce moment. »
« Votre investissement ne peut qu’aider cette collaboration. Après calcul, vous pouvez avoir un retour sur investissement dans les deux ans. Bien sûr, nous pouvons toujours aller voir Corporate Colours sur Edimbourg. Après six heures de train … une heure de car me semble raisonnable. »

Rae hoche la tête, pensive. Devant elle, son interlocuteur fronce de nouveau les sourcils, prenant en compte les dernières données. L’Irlandaise a encore fait son travail, à creuser quelques heures durant afin de trouver l’argument ultime. Après quelques clics, elle a découvert que Corporate Colours a justement racheté quelques start-up autrefois soutenus par ses interlocuteurs. Et elle sait qu’elle peut en jouer, faire basculer la situation de leur côté.

« Excusez-moi… », lâche leur interlocuteur, téléphone en main, avant de se lever de table. « Robert, veuillez servir le champagne pour sceller l’accord. J’en informe mon co-directeur, » achève-t-il avant de sortir de la salle, laissant Saoirse, Rae et d’autres invités se regarder dans le blanc des yeux. L’Irlandaise en sourit, de cette situation, se penche en direction de l’autre brune.

« Dans la poche, » commence Rae à voix basse avant de reprendre un peu plus fort. Elle élève la voix suffisamment pour que Saoirse puisse penser qu’on peut les écouter … mais pas assez pour que sa voix n’en soit intelligible à quelques mètres de là. « Tu sais Saoirse : la prochaine fois que tu veux sceller un accord sans avoir à faire ta part de travail, dis-me le. Au mieux, tu peux prétendre être malade et ne pas avoir assez de voix. » Sarcasme ? Sans aucun doute. Depuis le temps, Rae aime joue avec les mots, se veut faussement contrariée. A part perdre son temps, la brune a tout de même apprécié le déplacement. L’étroitesse d’Oxford l’étouffe tout comme les autres membres de l’administration. Sans aucun doute, ça lui a fait du bien de prendre un peu le large, de trouver d’autres têtes à manipuler sans avoir à les revoir le lendemain. Et le surlendemain. Et le surlendemain, encore. Mais l’Irlandaise ravale son sarcasme, affiche une mine soudainement amusée. Balancer le chaud et le froid : une de ses spécialités. « Je déconne, Saoirse. T’avais vraiment besoin de me tester pour voir si je fais mon travail correctement ? Tu sais, ma seule erreur en un an a été de laisser Mary s’occuper des comptes une soirée. Heureusement, Wellington a corrigé le tir ! », achèva-t-elle en hochant la tête, repensant à Clyde et à son retour sur Londres. Le pauvre (?), il a finalement céder à la pression de son vieux, reprenant le cabinet familial et laissant derrière lui la place de professeur d’économie vacante.

« A notre accord ! » finit-elle par s’exclamer, levant sa coupe de champagne dans les airs après que Robert l’ait copieusement remplie.






i really want you to hate me
i'm only happy when it rains. i'm only happy when it's complicated. and though i know you can't appreciate it. i'm only happy when it rains × garbage by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (saoirse&rae) every step you take, i'll be watching you   

Revenir en haut Aller en bas
 
(saoirse&rae) every step you take, i'll be watching you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» T34 et T34/85 dans Not one step back...
» nouveau rulling sur la damage step qui date mais bon ...
» [NID] NABIZDEAD for Dummies: a step by step tutorial.
» Two Steps From Hell
» Commandant-Step passe Commissaire Divisionnaire (6)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jusqu'à l'excès  :: Oxford, Royaume-Uni :: The United Kingdom :: Glasgow-
Sauter vers: