AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Mar 10 Mai - 20:31

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
Il pleuvait durement sur le pare-brise, le bruit à peine camouflé par la radio qui hurlait des chansons de Rock qu'Anastasia n'avait pas la prétention de connaitre. Elle n'en avait cure, et n'écoutait distraitement que d'une oreille alors qu'elle s'élançait sur l'autoroute entre Oxford et Londres; Elle avait prit le volant, ayant bataillé avec Ezeckiel. Mais conduire lui permettait de garder les idées claires et dans la situation actuelle, elle en avait grandement besoin. Le moteur de la Mercedes ronronne presque joyeusement, alors que la jeune femme fait quelques piques de vitesse sans se soucier des gens autour ou du temps misérable. Elle conduit bien, depuis longtemps, et la vitesse l'exalte, la faisant sourire à travers son inquiétude. Le mois de Mai avait à peine commencé, le temps s'était soudainement dégradé, et elle en était arrivée au stade où elle ne savait pas si elle devait sortir ses sandales ou y préférer ses bottes de pluie d'hiver. Depuis le réveil elle était d'une humeur mordante, sans doute à cause de sa grossesse - tout du moins était-ce la raison qu'elle accordait aux autres - ou plutôt à cause d'une invitation qu'elle n'avait pas eut à coeur de refuser. Sa mère l'avait appelée trois jours auparavant, ayant découvert sa fille aux bras d'une star de la chanson dans un des magasines qui se trouvaient chez son médecin. S'en était suivi une conversation houleuse, Anastasia gardant un visage fermé et une voix glaciale, qui dura presque une heure. Marchant en long et en large dans l'appartement, elle n'avait pas fait cas de la main tendue et chaleureuse d'Ezeckiel, après avoir raccroché. Elle avait préféré se jeter sous une douche brûlante où des larmes de rage l'avaient assailli. Elle détestait sa main. Et sa mère avait exigé de rencontrer son nouveau prétendant. Profitant peut être de l'occasion pour pouvoir jouir de la présence de sa petite fille si charmante. Putain d'hypocrite de merde.
C'est pour cela qu'elle se retrouvait à conduire sur l'autoroute un Samedi matin, au lieu d'être autour d'un déjeuner en compagnie de son homme et de sa fille. Sa mère l'avait exigé, et après tout pourquoi pas. Il fallait bien qu'Ezeckiel la rencontre un jour, et elle devrait annoncer la glorieuse nouvelle de l'arrivée d'un second bâtard dans la famille. Non ? Peut être aurait-elle la chance d'avoir ses grands parents durant ce repas de famille organisé en l'honneur de son beau père. Ce dernier était sorti de l'hôpital, apparemment bien plus en forme qu'un mois auparavant. Il nous enterrera tous cet enculé. siffla-t-elle entre ses dents, sachant que le bruit des gouttes, et de la radio cacheront ses mots crus.

Fort heureusement, son humeur terrible n'a pas d'emprise sur Lily qui s'exalte à l'arrière, en demandant à Ezeckiel de chanter avec elle lorsqu'un morceau de DNA passe à la radio. Cette bonne humeur enfantine arrache à la jeune femme un sourire en coin. Rien de plus. Elle ne dit pas un mot de tout le trajet, jusqu'à ce qu'elle se garde dans le quartier résidentiel où sa mère logeait à présent. Elle ne pouvait pas décemment garder une minable petite maison mitoyenne même si elle y avait élevé ses trois enfants. Même si le quartier était encore celui de leurs barbecues dominicales, et des amis qu'ils avaient toujours connus. Elle y avait préféré une maison victorienne à la con, où les voisins ne vous regardent pas la tronche, et où personne n'aurait idée de faire griller de la viande dans son jardin. Putain d'aristocratie à la con. Garée dans la rue menant à la villa, Anastasia coupe le moteur, et inspire profondément avant de se tourner vers Ezeckiel. « Prêt à te jeter dans la fosse aux serpents ? » Demanda-t-elle de mauvaise grâce. Elle était ravie qu'il soit là, mais elle ne voulait pas qu'il rencontre sa famille. Elle les exécrait, et elle ne voulait pas qu'il se fasse une mauvaise image d'elle à cause d'eux.

Il était riche. Il était connu. Il était beau. Trois qualités qui le montront sans doute dans les bonnes grâces de sa mère. Il était tatoué. Il faisait du rock. Il l'avait mise enceinte. Trois défauts qui suffiront à son beau-père pour l'exécrait. A savoir lequel des deux gagnera ce bras de fer. Elle sortie de la voiture en claquant la portière, et attendit que sa fille et qu'Ezeckiel la rejoigne pour monter les marches qui menaient au perron. Inspirant profondément elle sonna et attendit. Jusqu'à ce que des bruits de pas se fassent entendre et qu'elle se retrouve devant ... sa mère. Putain de merde. Sourire avenant, la mère d'Anastasia était une femme rousse, plutôt grande et élancée, dont le nez et la bouche avaient clairement été refaits. Elle portait des vêtements ceintrées qui devaient lui conférer un air classique, mai qu'elle tenait bien mal, sa posture révélant des habitudes prolétaires qu'elle n'avait jamais perdu. Elle était ridicule du point de vue d'Anastasia - et avouons qu'il n'était pas très objectif. « Il est là mon nouveau gendre ! Ezeckiel Bennett, enfin quelqu'un digne d'intérêt ! Ca change, Ana, j'ai été habitué à ce que tu me fasse honte jusqu'à présent. » « Bonjour à toi aussi Maman. » Lâche-t-elle dans un grognement alors que sa mère étreint Ezeckiel, lance un regard dédaigneux à Lily (qui le lui rend au centuple) et prend le bras du jeune homme pour l'inviter à entrer. « Je vous en pries, venez venez. Ne soyez pas timide. Chéri ! - mon mari est à la cave pour nous trouver une bonne bouteille. Vous aimez le vin français ? Vous semblez être un homme de gout. Chéri ! - Ana prend le manteau d'Ezeckiel et range le. » Dans un geste empli d'une nonchalance prétentieuse, sa mère lui fait un geste vers le placard de l'entrée qu'Anastasia ouvre en soupirant, invitant Lily à y mettre ses affaires, avant de ranger aussi les siennes. Sa mère a déjà disparu dans le salon en prenant Ezeckiel avec elle. Saloperie.
Levant les yeux au ciel, Anastasia se penche vers sa fille et embrasse son front. « N'écoute rien de ce que ta grand mère pourra bien dire. Je crois que Patou et Matou doivent venir, je te préviendrais quand ils seront là. Va avec Ghost dans le jardin. » Proposa-t-elle en lui tendant les clés de la voiture pour libérer le chien qui s'y trouvait encore - sa mère le détestait raison pour laquelle elle l'avait amené avec eux - et laissa sa fille faire sa vie. Elle ne méritait pas un tel traitement, clairement. Et ca l'agaçait de devoir se trouver là.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Jeu 12 Mai - 0:21

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Il termine de boutonner sa chemise bleu à carreaux noirs. Un dernier coup d’œil dans son miroir pour s'assurer que sa coupe de cheveux est correcte et voilà qu'il se parfume très légèrement, assez pour sentir bon sans pour autant cocoter dans toute la pièce. Il sort de la salle de bain, attrape son blouson en cuir et rejoint Ana et Lily qui l'attendent prés de la porte. Il a peur, il stresse à l'idée de rencontrer ses beaux parents surtout que Ana et Lily lui ont fait un portraits de ces gens comme des ogres, horrible à vivre et infect avec tout le monde. Ezeckiel a réellement peur, c'est la première fois de sa vie qu'il va rencontrer des beaux parents et il doit avouer que lorsque Ana lui a annoncée qu'ils allaient manger chez eux, il a mis un moment avant d'accepter. Autant pour lui que pour sa femme et Lily, cette dernière est vue comme une paria par sa grand mère et le musicien n'est pas sur de pouvoir se retenir si la petite fille est mise de côté par tout le monde. Pire encore si elle fait des remarques, Ezeckiel adore Lily, il l'aime comme une fille mais cela il le gardera pour lui de toute façon. De ce fait il travaille sur lui depuis le matin même, craignant d'exploser si Lily est prise pour cible par la mère d'Ana. Il la défendra bec et ongle comme une mère couvant ses petits. Ils sautent dans la voiture et il allume le poste pendant que Ana conduit. Elle est stressée, c'est une boule de nerf qui menace d'exploser il le voit, il le sent même. Elle semble pouvoir lui sauter à la gorge si il dit quelque chose de travers. Alors il ne lui parle pas et la laisse souffler tranquillement pendant que Lily chante et lui demande de chanter avec elle. Une chanson de DNA passe à la radio et c'est avec plaisir que le musicien se met à chanter d'une jolie voix entraînante. Finalement au bout d'un certain temps ils arrivent et sa femme se gare devant une belle maison au goût un peu trop riche pour le musicien, lui qui a ls moyens mais qui n'aime pas afficher ses richesses outre mesure. Il a de l'argent et il l'utilise à faire plaisir autour de lui, il ne l'affiche pas dans des grosses maisons où dans des vêtements hors de prix. En revanche il achète de quoi manger à Lily et Ana pour leur faire plaisir, tout ce qu'elles aiment et tout ce qui leur fait envie. Même chose pour les sorties, ils se font plaisir. La seule chose qu'il se permet c'est une belle Mercedes classe A noire, une voiture luxueuse qui en jette pas mal. C'est sa seule folie, ça et des guitares de temps en temps. Mais c'est le minium si il veut composer des bons morceaux.

« Prêt à te jeter dans la fosse aux serpents ? » Il se tourne vers elle et lui sourit. « J'ai peur. Mais ça ira ! » Il se tourne vers Lily et Check avec elle, une façon de lui faire comprendre qu'elle ne se prenne pas la tête si sa grand mère lui prend la tête. La petite fille quitte la voiture après avoir tapé son poing à celui du musicien. Ce dernier embrasse une dernière fois Ana avant de sortir de la voiture et de rejoindre la porte d'entrée en compagnie des deux femmes de sa vie. Pour calmer son stress il glisse sa main sur le ventre d'Ana et touche un instant la petite protubérance qui renferme son bébé. Enfin ils sonnent et une femme vient ouvrir au bout d'un certain temps. Grande, rousse, un air doux et un sourire semblant ne pas être franc, Ezeckiel déglutit. Elle ressemble à son ancienne professeur de Math, la même qui lui a envoyée une craie au visage parce qu'il ne comprenait pas les fractions. « Il est là mon nouveau gendre ! Ezeckiel Bennett, enfin quelqu'un digne d'intérêt ! Ca change, Ana, j'ai été habitué à ce que tu me fasse honte jusqu'à présent. » Lui dit-elle en venant le prendre dans ses bras. Il grimace, n'aimant pas être touché lorsqu'il ne connaît pas les gens. Puis pire encore, il n'aime pas la remarque qu'elle balance à Ana. Mais par respect il ne dit rien, se tait clairement. « Bonjour à toi aussi Maman. » Répond Ana alors que Ezeckiel recule un peu. « Bonjour Madame. Enchanté ! » Dit-il en lui adressant un sourire mal à l'aise. « Je vous en pries, venez venez. Ne soyez pas timide. Chéri ! - mon mari est à la cave pour nous trouver une bonne bouteille. Vous aimez le vin français ? Vous semblez être un homme de gout. Chéri ! - Ana prend le manteau d'Ezeckiel et range le. » « Euh je... Oui... D'accord. » Il se laisse emporter pendant qu'elle le prend par le bras, sans lui laisser le choix. Un rapide coup d’œil à en arrière pour chercher le soutien auprès de sa femme mais il ne croise que le regard de Lily qui le regarde partir comme si il allait à l’échafaud. Il ôte sa veste en cuir et la dépose sur un fauteuil mais avant qu'il ne se retourne, elle a déjà disparue, sans doute rangée par Ana. Il lui adresse au passage un regard plein d'excuses. « J'aime beaucoup ce que vous faites ! J'ai souvent entendue parler de vous ! » Lui dit-elle en l'invitant à s'asseoir. « Ho... Et bien Merci. » Dit-il avec ce même sourire mal à l'aise que tout à l'heure. C'est là qu'il entend courir dans la maison et qu'il voit Ghost passer en courant jusqu'au jardin, suivie de très prêt par Lily. « B... Ana ? » Appelle le musicien en se rattrapant au dernier moment pour ne pas lâcher un surnom habituel.



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Jeu 12 Mai - 1:01

ezeckiel. mère d'ana beau père d'ana lily anastasia
le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
« J'ai peur. Mais ça ira ! » Comment l'en blâmer alors qu'elle le lançait dans la fosse aux serpents sans aucun ménagement. Elle a beau l'avait préparé, elle sait qu'il ne peut pas entièrement paré à ce qu'il va se passer aujourd'hui. Elle ne doute pas que sa mère sera ravie de faire la conversation, se collant à Ezeckiel comme s'ils se connaissaient depuis toujours. Cette femme avait prit gout à l'attraction de l'argent et de la célébrité. Se nourrissant des rencontres qu'elle pouvait faire par le biais de son (crétin) mari richissime, elle collectionnait les photographies avec des célébrités plus stupides et inintéressantes les unes que les autres. Elle se targuait d'avoir pu rencontrer Michael Jackson avant sa mystérieuse disparition (car elle semblait nourrir l'espoir qu'il ne soit pas mort mais bel et bien encore en vie). Elle avait une photographie avec le président des Etats-Unis, mais Anastasia pensait que le montage photoshop la représentant auprès d'Obama était tout simplement kitsche et moche. Avis dédaigneux, alors que sa mère vivait une vie par procuration. Apprendre que sa fille sortait avec le leader de DNA lui avait permis de repenser les droits d'Anastasia. Peut être que l'inviter à déjeuner n'était pas une mauvaise idée. Même avec sa bâtarde de fille.
Comme prévu, rapidement, Ezeckiel fut happé par le contact exubérant de sa mère, et emporté dans la salle à manger sans plus de cérémonie. Le babillage de sa mère prenant le pas sur tout le reste. Elle ne remarquait pas même la gêne qu'elle causait, et Anastasia s'en sentit agacée et désolée pour son homme. Prenant le blouson qu'il laissa choir sur une chaise elle le rangea dans le placard de l'entrée avant de les suivre. « J'aime beaucoup ce que vous faites ! J'ai souvent entendue parler de vous ! » Anastasia leva les yeux au ciel en entrant dans la pièce, mais avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit, une boule de poils blanche et sa fille passèrent près d'elle en courant. « B... Ana ? » « DEHORS ! Je ne veux pas de poils sur le tapis ! La femme de ménage est passée ce matin. » Lança la mère Fitzwilliam avant dédain, s'étant levée sans que ni l'enfant ni le chien ne l'écoutent. Il y eut un bruit de verre brisé dans la cuisine, Lily lançant un désolé nonchalant avant de se rendre dans le jardin. « C'est bien que cette enfant est enfin un modèle masculin. » Anastasia soutint le regard critique de sa mère, et se retint de lui rappeler les raisons pour lesquels Lily avait manqué de ce « modèle masculin », mais des pas dans son dos la retinrent et son beau-père apparut, se tenant devant elle pour lui embrasser la joue. Hypocrites. « Anastasia. C'est un plaisir de te voir, depuis le temps. » Plaisir non partagé. Il se tourne ensuite vers Ezeckiel et lui tend une main amicale - en théorie. « Monsieur Bennett, c'est un plaisir. Richard Hammon, enchanté. » Dit-il, se présentant, sans doute parce qu'il pensait (à raison) qu'Anastasia ne le ferait pas.

Il s'assit sur le fauteuil le plus confortable. La mère d'Anastasia prit place sur le canapé près d'Ezeckiel et Anastasia se retrouva à prendre place sur le fauteuil face à son beau père, proche d'Ezeckiel, sans être collé à lui. Elle lui offrit un sourire d'excuse. « Vous prendrez un peu de vin Ezeckiel ? » « Anastasia va chercher des verres veux-tu. Et je t'en pries, calme les ardeurs de cette ... enfant. Elle va énerver les voisins. » Haussement de sourcils dédaigneux. « Tes voisins pourront sans doute supporter les jeux d'une enfant de dix ans, Maman. C'est pas le bruit que vous faites d'habitude qui les auront mis sur les dents. » Dit-elle avec une froideur toute calculée. Avant de se lever - malgré tout - pour rejoindre la cuisine et prendre quelques verres, alors que la voix de sa mère s'élève encore dans l'espace, bien plus doucereuse et hypocrites quand elle se tourne vers son nouveau gendre. « Alors, Ezeckiel - je peux vous appeler Ezeckiel ? En échange appelez-moi Victoria - dites nous ce que vous faites dans la vie. Ma fille n'a pas daigné nous parler de vous - ce qui ne m'étonne pas vraiment elle s'est mise en tête de nous tenir éloignés de sa vie, comme si nous lui faisions honte - je veux tout savoir ! » Levant les yeux au ciel, Anastasia espère en son fort intérieur qu'Ezeckiel ne lui tiendra pas rigueur pour les sautes d'humeurs, les parenthèses sarcastiques, et le rapprochement physique de sa mère. Mais plus encore, c'est le discours que celle-ci porte qui engendre chez elle une envie de la rendre malade.
Passant la tête par la porte-fenêtre de la cuisine, elle montre à Lily une flaque de vous encore bien fraiche. Sa fille, le regarde pétillant lui lance un pouce levé pour lui confirmer qu'elle l'a bien comprise, et part en courant, Ghost à ses côtés, pour aller jouer joyeusement. Salement. Prenant finalement quatre verres - et un verre d'eau pour sa fille - Anastasia les rejoint dans le salon au milieu de la conversation. « Je ne t'ai pas parlé d'Ezeckiel pour éviter que le monde entier soit au courant Maman. Je connais ta propension à vouloir être au centre de l'attention. » Lâche-t-elle alors que son beau père ouvre la bouteille et en sert un fond de verre à Ezeckiel pour le lui tendre. « Goutez-le. Vous vous y connaissez en vins ? Je suis un adepte pour ma part. Nous partons en France la semaine prochaine, pour faire le tour de quelques grands vignobles. Vous avez déjà été en France ? Je suis sûr qu'un homme tel que vous doit s'y connaitre en alcools ! »  Soupire d'Anastasia qui cherche à croiser le regard d'Ezeckiel, une manière de lui signifier : bienvenue dans mon monde.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Ven 13 Mai - 0:58

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Anastasia lui a dépeins un portraits peu flatteur de ses parents, parlant de sa mère comme d'une gorgone affamée et mauvaise et de son beau père comme d'un homme froid et dénué de cœur. Ezeckiel est mal à l'aise en entendant parler ainsi, il n'a pas vraiment l'habitude des grandes cérémonies et des maisons immenses. Ses parents travaillaient tous les deux mais n'étaient pas riches pour autant, ils vivaient simplement et le musicien n'a pas eu connaissance de certain attrait de la richesse et de la bourgeoisie que semble dégager cette maison alors qu'ils s'approchent. Il a été bien élevé et il sait se tenir mais il a peur de faire un faux pas et surtout, en voyant le portraits de sa belle mère, il se doute que cette dernière le remarquera si il ne fait pas quelque chose de bon. Mais au pire il sera relégué au rang de paria et il restera avec Lily, c'est une bonne chose aussi. Il n'aime pas savoir que la petite fille est mise dans un coin par ses grands parents, cela le rend assez grognon car il adore Lily, il l'aime comme une fille et il sait qu'il devra serrer les dents si sa grand mère lui balance quelques piques. Tout en sachant que la petite fille sait se défendre il le sait mais tout de même, son côté protecteur prendra le dessus inévitablement. De ce fait il se laisse happer par la mère d'Ana alors qu'ils arrivent dans la maison et adresse un regard d'excuse à sa femme de loin, sachant qu'elle aurait aimée se retrouver partout mais pas ici. C'est que deux heures à passer, ça ira vite. « DEHORS ! Je ne veux pas de poils sur le tapis ! La femme de ménage est passée ce matin. »

Il sursaute et se tourne vers Lily qui rentre en courant dans la maison, accompagnée de Ghost qui prend un malin plaisir à faire tomber quelque chose en verre, vue le bruit qui parvient de la cuisine. Chez lui ça ne criait pas lorsqu'il était enfant, il n'a pas l'habitude des gens qui haussent le ton subitement. Cela l'effraie toujours un tout petit peu. Finalement sa belle mère se tourne vers elle et balance une autre pique à l'intention de Lily. Elle n'aime vraiment pas cette petite fille et il ne comprend pas les raisons de cette animosité.  « C'est bien que cette enfant est enfin un modèle masculin. » A cause de qui elle n'en a pas eu ? Il se mord la langue violemment et lui adresse un sourire tellement faux qu'il se choque lui même. Des bruits de pas se font entendre dans la pièce alors qu'un homme assez grand apparaît, tenant dans sa main une bouteille de vin rouge apparemment. Il salue Anastasia qui lui rend son sourire faux, ce qui arrache un ricanement au musicien alors qu'il se lève pour serrer la main de cet homme, sans doute le beau père d'Ana et le grand père de Lily. « Monsieur Bennett, c'est un plaisir. Richard Hammon, enchanté. » « De même Monsieur. » Répond Ezeckiel en lâchant sa main après un échange viril, l'un comme l'autre cherchant à broyer la main de l'autre.

Ce même homme lui propose un peu de vin et avec un hochement de tête, il accepte sa proposition. « Tes voisins pourront sans doute supporter les jeux d'une enfant de dix ans, Maman. C'est pas le bruit que vous faites d'habitude qui les auront mis sur les dents. » Dit-elle alors que sa mère vient de lui demander de calmer Lily. Il se tourne vers elle et la regarde partir vers la cuisine avec un déhanché incroyablement, lui arrachant un regard appréciateur et un sourire tendre. « Alors, Ezeckiel - je peux vous appeler Ezeckiel ? En échange appelez-moi Victoria - dites nous ce que vous faites dans la vie. Ma fille n'a pas daigné nous parler de vous - ce qui ne m'étonne pas vraiment elle s'est mise en tête de nous tenir éloignés de sa vie, comme si nous lui faisions honte - je veux tout savoir ! » Victoria comme la reine? « Elle travaille beaucoup vous savez, cela explique qu'elle n'ai pas eu le temps de vous parler de moi. » Dit-il avec un sourire, tachant de prendre la défense de sa copine tout de même. Il ne pas va supporter longtemps que sa belle mère attaque gratuitement la femme qu'il aime. « Je travaille comme professeur de Musique à l'université d'Oxford. Parallèlement je relance mon groupe de musique ainsi que deux futurs chanteurs. » Dit-il en ouvrant les manches de sa chemise et en les remontant jusqu'à ses coudes. Il fait incroyablement chaud dans cette maison, il aurait du se mettre en tee-shirt pour être plus à l'aise. « Je ne t'ai pas parlé d'Ezeckiel pour éviter que le monde entier soit au courant Maman. Je connais ta propension à vouloir être au centre de l'attention. » Bim. Ca c'était gratuit. Il se tourne vers Ana et lui adresse un micro sourire, une façon de la féliciter pour sa petite pique. « Goutez-le. Vous vous y connaissez en vins ? Je suis un adepte pour ma part. Nous partons en France la semaine prochaine, pour faire le tour de quelques grands vignobles. Vous avez déjà été en France ? Je suis sûr qu'un homme tel que vous doit s'y connaitre en alcools ! » Il lui adresse un sourire d'excuse. « Pas du tout. Je ne connais pas du tout le vin. Mon père en revanche est un grand amateur de vin. Je crois qu'il a une bouteille de... Haut Brion 1934... Où 1936. Je ne sais plus. Il la garde pour le mariage de ma sœur. »

Il voit l'homme en face de lui écarquiller les yeux dans une expression ahuris. « Comme l'a-t-il trouvé ? Il n'en reste plus sur le marché ! » Le musicien prend le verre qu'on lui tend en remerciant son... Beau père ? C'est étrange. « Un cadeau d'un ami. C'est un millésimé je crois. » Dit-il sans être trop sur des expressions à utiliser. Il regarde l'homme en face de lui servir un verre à Ana et se tourne vers elle. « Lily, ma puce ? » Appelle le musicien alors que la petite fille revient vers lui, Ghost tout proche d'elle, plein de boue apparemment. Le chien a troqué sa superbe fourrure blanche pour des nuances de boue marron. Il en serait bien plus beau ainsi tiens. « Tu peux aller à la voiture, de mon côté il y a une petite boite en bois. Elle n'est pas lourde, tu peux la prendre ? Prends aussi la grande bouteille de coca pour toi. » Dit-il en lui donnant les clefs alors que la petite fille s'exécute, sous les grognements de sa grand mère qui vient d’apercevoir l'état du chien. Enfin il trinque avec son beau père et sa belle mère avant d'inviter Ana à le rejoindre sur le canapé, d'un regard appuyé. Il prend ne gorgée de son verre, appréciant le goût fort et sucré de vin ans pour autant comprendre la passion que cela suscite chez certaine personne. C'est là que Lily revient, qu'elle entre dans le salon. La petite semble perdue, elle est blanche comme un linge. Juste derrière elle apparaît une silhouette haute, un visage familier. Aussitôt la petite fille pose la boite et la bouteille sur la table avant de venir contre sa mère. Neo. Dans le salon, avec eux. « Excuse moi je venais voir mon père. Je ne pensais pas interrompre... Une réunion familiale. » La façon dont il crache ce dernier mot fait serrer les dents au musicien alors qu'il se tourne vers Ana pour la regarder. Il fait quoi ici?



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Sam 14 Mai - 21:31


ezeckiel. - mère d'ana - beau père d'ana - lily - anastasia - néo

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
Alors qu'elle se rassoit sur la chaise qu'elle s'est tirée elle-même, elle pose un regard sur Ezeckiel. Elle n'arrive pas à croire qu'il se trouve ici, dans cette maison faite de superflus et de superficialité. Elle se sent terriblement stupide soudainement. Alors qu'elle venait tout juste de le rencontrer, le faisant entrer dans son bureau suite à une photographie scandaleuse à la une d'une magasine people, elle avait facilement déduit qu'il était de ce monde-là. Un monde qu'elle exècre, et pas uniquement parce que son beau-père y a emporté sa mère faisant disparaitre tout ce qu'il y avait d'humain en elle. En réalité, ce monde est pourri par l'argent et par le qu'en dira-t-on , et aux yeux de la jeune femme c'est typiquement ce genre de clichée qui a détruit sa vie. Une première fois. Elle se rendait compte à présent qu'elle avait mal jugé Ezeckiel, et qu'elle avait terriblement stupide. A la manière de sa mère, elle n'avait pas cherché à savoir qui il était avant de le juger par rapport à ce qui était écrit sur lui dans un journal à scandales. Mais à présent, auprès de ses parents, elle se rendait compte qu'Ezeckiel n'était pas à sa place. Il était bien trop naturel, bien trop honnête, franc, sincère, pour avoir sa place dans ce monde-là. En preuve, le regard sceptique qu'il pose sur le verre de vin que lui offre Richard Hammon - le beau père d'Anastasia. Ce dernier lance une remarque qu'Anastasia décrète désobligeante. Elle le lui fait comprendre en dardant sur lui un oeil sombre, le mettant presque au défis de traiter Ezeckiel d'alcoolique dégénéré. Elle ne doutait pas que c'était exactement ce à quoi il pensait à cet instant précis. « Pas du tout. Je ne connais pas du tout le vin. Mon père en revanche est un grand amateur de vin. Je crois qu'il a une bouteille de... Haut Brion 1934... Où 1936. Je ne sais plus. Il la garde pour le mariage de ma sœur. » Le regard moqueur de Richard devient stupeur, alors qu'il semble ne pas pouvoir croire qu'Ezeckiel détient une telle bouteille. Anastasia laisse un sourire triomphant se dessiner sur ses lèvres alors qu'elle se laisse aller plus loin dans sa chaise.
Elle écoute d'une oreille distraite ce que les deux hommes se disent, alors que Richard remplit quatre verres et en pose un devant elle. Elle le prend, se demandant un instant si elle ne devait pas le boire d'une traite pour supporter la journée qu'elle allait vivre. Non, clairement elle ne le ferait pas. Mais tout de même l'envie était présente. Elle resta un instant ainsi, jusqu'à entendre la porte de la cuisine s'ouvrir et son chien japper joyeusement. Sa mère aussi le remarque et ses yeux s'écarquillent de manière grotesque. « Lily, ma puce ? » La gamine arrive vers son beau-père avec un sourire ravie. « Oh mon dieu ! Qu'est-ce que... Anastasia met ce chien dehors ! Mon dieu regard... regarde ce qu'il... » Rouge de colère sa mère s'est levée et montre les dégâts causés par Ghost. Lily ne semble pas s'en inquiéter, pas plus que sa mère, ou le chien qui s'avance vers Victoria Fitzwilliam dans une tentative pour poser ses pattes sur sa tenue. « Dehors ! Sale monstre ! »  Levant les yeux au ciel, Anastasia se décide à intervenir en même temps qu'elle entend Ezeckiel parler à Lily : « Tu peux aller à la voiture, de mon côté il y a une petite boite en bois. Elle n'est pas lourde, tu peux la prendre ? Prends aussi la grande bouteille de coca pour toi. » Passant près de sa fille, Anastasia pose une caresse maternelle sur sa chevelure. « C'est un chien, maman, il ne va pas de manger. » Dit-elle en réponse à Victoria, prenant Ghost par le collier pour l'amener loin de sa mère. Elle l'amène rapidement dans la cuisine pour l'enfermer dans le jardin. Fort heureusement il s'est arrêté de pleuvoir, et le soleil semble reprendre ses droits.

Quand elle revient dans le salon le silence a enfin reprit ses droits, alors que chacun goute à son vin - sans avoir attendu Anastasia pour ce qui concernait les deux parents - et celle-ci trouve une place près d'Ezeckiel, sur le bras du canapé. Il boit une gorgée de son vin, quand la porte s'ouvre à nouveau sur une Lily terriblement blême. Se levant pour aller vers sa fille, Anastasia constate rapidement la présence de quelqu'un d'autre derrière elle. Et se fige. Le regard perdu dans le bleu profond de Néo Hammon. Putain. Elle a l'impression qu'un froid intense la glace sur place, alors que Lily vient trouver réconfort contre elle, l'encerclant de ses petits bras. « Excuse moi je venais voir mon père. Je ne pensais pas interrompre... Une réunion familiale. » Le regard de son ancien amant tombe rapidement sur Ezeckiel, la remarque le concernant de manière détournée et ironique. Anastasia reste pantoise ne sachant comment réagir. « Tu es ici chez toi, Néo. Je t'en pries viens t'asseoir. Tu veux un verre de vin ? » La mère d'Anastasia est incroyablement doucereuse, et soudainement la jeune femme se demande si tout cela n'était pas prévu pour la mettre dans une situation inconfortable. Elle se rend compte alors que cette famille est incroyablement... dérangée. Quelle image Ezeckiel aura-t-il d'elle après cette journée ? Finalement, Lily se détache d'elle pour aller s'asseoir à côté d'Ezeckiel - ou collé à lui pour être plus exacte - et demande d'une petite voix - espérant que personne ne l'entendra - « Est-ce que je peux avoir du coca, s'il te plait ? » La voix de sa fille lui fait reprendre pied à la réalité, et Anastasia offre un sourire avenante à son ex-compagnon. « Bonjour Néo. Je ne pensais pas que nous te croiserions ici. Je vois que tu te portes bien. » « Ravi de te revoir, Ana. Tu as l'air en forme aussi. » Dit-il en baissant son regard sur son ventre. Elle blêmit à son tour, et part dans la cuisine prendre un verre pour sa fille, alors qu'il entend la voit de son ex-amant retentir à nouveau. « J'imagine que des félicitations sont de rigueur, hein Ezeckiel ? »  sa voix était terriblement sarcastique et moqueuse. Elle prit un verre, revint à pas de loup, alors que son beau père dardait sur Lily, Ezeckiel et elle un regard sceptique. « Que veux-tu dire fils ? Félicitations pour ? » Néo resta un instant sans parler, avant de regarder Ana. Et de comprendre qu'elle n'avait encore rien dit. Il explosa alors de rire, et s'assit sur la chaise qu'elle avait laissé vacante. « Vous ne leur avez encore rien dit ? Voyons papa, ne me dit que pas que tu n'as pas remarqué ça ! Ana a toujours eut un ventre incroyablement... plat. La même beauté filiforme que sa mère. cette dernière gloussa comme une adolescente devant le sourire charmeur de Néo. « Mais elle semble avoir prit quelques... « La ferme Néo ! » «... Rondeurs. » Dit-il d'un ton subjectif, se tournant vers la mère d'Anastasia qui sembla soudainement comprendre.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Dim 15 Mai - 1:35

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Il n'a pas sa place, c'est définitif. Sous le regard de sa belle mère et de son beau père (Il a toujours du mal à assimiler cette information d'ailleurs) il se rend compte qu'il est scruté, observé sous toutes les coutures comme un animal en cage. Ils semblent attendre le premier faux pas pour lui tomber dessus et l'attaquer sans aucun scrupule. Ezeckiel regarde toute autour de lui et il trouve le regard d'Ana, cela le rassure un instant alors qu'il se rassoit sur le canapé en silence. Il comprend pourquoi Ana lui a plu, elle n'est pas du tout comme sa famille et surtout, elle semble ne pas avoir sa place elle non plus. Pire encore cela semble l'agacer à mesure qu'elle regarde la femme et l'homme en face d'elle. Pourquoi ils sont venus déjà ? Pour envisager que le bébé voit sa grand mère mais finalement, Ezeckiel change d'avis et se dit que leur bébé sera vu comme un paria tel que Lily, mais qu'il n'en sera pas plus malheureux au final. En pensant à Lily il la voit revenir et lui demande gentiment d'aller à la voiture pour chercher une boite en bois contenant un spiritueux de luxe, de quoi digérer leur repas et surtout clouer le bec de Richard Hammon. Ce dernier semble vouloir lui balancer des piques sans doute concernant son ancienne vie, mais le musicien reste calme et polie. Pour Ana, simplement pour elle il doit être le gendre parfait. Quoi qu'il jurerait que sa copine serait heureuse de le voir balancer des piques lui aussi. Pour l'heure il observe, c'est tout. Et il se fait une idée de l'environnement dans lequel il est. Ses propres parents n'étaient pas parfait mais lorsqu'ils n’étaient pas d'accord avec lui, ils ne s'amusaient pas à être hypocrite.

Ils le lui disaient clairement, allant parfois jusqu'à le vexer. Quoi qu'il trouve sa belle mère très franche lorsqu'elle regarde Lily et qu'on peut voir une exaspération folle dans son regard. Son attention se reporte sur la petite fille alors que cette dernière revient, blanche comme un linge. Le musicien ne comprend pas vraiment les raisons de ce changement puis, alors qu'une silhouette noire apparaît, tout devient clair dans son esprit. Neo est là, avec son sourire arrogant qui donne à Ezeckiel l'envie de lui en coller une. Lily vient prés de lui après avoir échangée une étreinte avec sa mère et le musicien, discrètement, se colle un peu plus à elle pour la rassurer. Il fait attention à ne pas rester sur l'invitation de Victoria, elle qui vient d'offrir un verre à Neo. Ezeckiel se demande si l'arrivée de ce dernier n'était pas prévue pour gêner tout le monde au final. « Bonjour Néo. Je ne pensais pas que nous te croiserions ici. Je vois que tu te portes bien. » « Ravi de te revoir, Ana. Tu as l'air en forme aussi. »  Il n'aime pas le ton que Neo  emploi avec Ana et se demande  un instant si il n'y a pas de la jalousie chez cet homme. Mais il n'a pas le temps de se poser la question plus encore, que Lily semble s'éveiller. « Est-ce que je peux avoir du coca, s'il te plait ? » Elle ne parle quasiment plus et vient de lâcher ces mots dans un murmure, craignant que quelqu'un la remarque finalement. Ana revient aussitôt vers eux avec un verre propre et sans attendre, le musicien sert une bonne dose de soda à la petite fille. « Je suis là. » Dit-il avec un sourire rassurant alors que la petite fille le lui rend, tout en étant très mal à l'aise. « J'imagine que des félicitations sont de rigueur, hein Ezeckiel ? » Il n'a pas eu le temps de dire quoi que ce soit depuis l'arrivée du nouveau venu mais cette fois-ci, il ne peut pas laisser passer. « Cela ne te concerne pas. » Crache le musicien en posant sur l'ex de sa copine, un regard noir et glacial. « Que veux-tu dire fils ? Félicitations pour ? » Fils ? C'est tellement hypocrite de l’appeler ainsi après l'avoir éloigné pendant dix ans.

Le musicien se lève et s'approche d'Ana, dépassant Neo de quelques centimètres. Ce détail insignifiant lui fait étonnamment plaisir. Mais l'homme en question part s'asseoir sur la chaise que Ana a quittée il y a quelques secondes. Ezeckiel glisse une main sur Ana, en bas de son dos, comme pour lui transmettre un peu de force à travers son geste. Tout va très vite. Incroyablement vite même. Neo commence à parler, d'un ton arrogant et faussement amusé, entre le rire moqueur et le plaisir fou d'apprendre quelque chose à ses parents. « Vous ne leur avez encore rien dit ? Voyons papa, ne me dit que pas que tu n'as pas remarqué ça ! Ana a toujours eut un ventre incroyablement... plat. La même beauté filiforme que sa mère.  « Mais elle semble avoir prit quelques... « La ferme Néo ! » .. Rondeurs. » Le silence devient pesant dans la pièce, seulement troublé par la respiration de Lily qui tente de se faire toute petite et d'Ezeckiel qui se retient de ne pas le coller au mur pour le faire taire. Les mots sont lâchés, la nouvelle est lancée. « Vous n'êtes pas sérieux ? » Le visage de Victoria affiche une mine choquée alors que Richard vient de prendre la parole. « Si. Ana est enceinte, on pensait vous l'annoncer ce soir mais il semblerait qu'un étranger ce soit permis de le faire à notre place. » Crache Ezeckiel en dardant sur Neo, un regard inquisiteur.

« Qui est l'étranger entre nous deux Ezeckiel ? » Lui répond Neo en se levant également. Ils se font face, ce n'est pas bon. Vraiment pas bon. Le musicien entend vaguement Lily l’appeler, lui demandant sans doute de ne pas faire preuve de violence. Il ne le fera pas. Pour elle, son bébé et Ana il va rester calme au maximum. « Tu sembles jaloux Neo, je me trompe ? » Sa question est à double sens. Jaloux de ne pas pouvoir avoir d'enfant avec sa copine actuelle, jaloux de ne pas s'occuper de sa fille et sans aucun doute, jaloux de ne plus pouvoir séduire Ana. « Elle n'est pas ta fille. » Dit-il en serrant les dents et les poingts alors que le musicien s'approche encore un peu. « Je me suis bien plus occupé d'elle en six mois, que toi en dix ans. » Dit-il tout doucement pour que la petite fille n’entende pas. « Calmez vous s'il vous plait ! Asseyez vous ! » Ordonne le propriétaire des lieux alors que Victoria semble reprendre des couleurs. Ezeckiel se tourne vers Ana et la regarde. « Que veux-tu faire ? » Rester où partir ?



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Mer 18 Mai - 19:06


ezeckiel. - mère d'ana - beau père d'ana - lily - anastasia - néo

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
La bombe tombe dans un fracas soudain, sans qu'Anastasia ne puisse rien y changer. Instinctivement ses mains se posent sur son ventre, dans une posture défensive, alors que son regard s'attarde dans les yeux bleus de Néo. Il arbore un sourire moqueur, fier de sa connerie, et de son effet. « Vous n'êtes pas sérieux ? » La voix de son beau-père est paniquée, mais elle n'y fait pas attention, préférant lever les yeux au ciel et souffler pour montrer son mécontentement. Non Richard ce n'est pas sérieux, j'aime faire ce genre de blagues vaseuses. L'ironie de ses pensés - qui la calme en général - ne fait qu'accroitre son malaise, alors qu'elle se détourne de son ancien amant pour se tourner vers le reste de l'assemblée. Ils sont tendus. La mère d'Anastasia darde sur elle un regard furieux et choqué, la bouche ouverte, incapable de sortir la moindre pensés cohérentes. Son beau-père la fixe avec une telle violence qu'elle aurait pu en rougir. Encore une fois elle mettra au monde un bâtard, semble-t-il penser, et elle n'y fait pas plus attention que cela. Quant à Néo. Elle ne le regarde même plus, lui en voulant d'avoir une fois encore outre-passé ses droits la concernant. C'est la voix d'Ezeckiel qui répond, alors que la jeune femme est troublée par cette situation qui lui échappe - comme chaque fois qu'elle se retrouve chez sa mère. « Si. Ana est enceinte, on pensait vous l'annoncer ce soir mais il semblerait qu'un étranger ce soit permis de le faire à notre place. » Elle se tourne avec vers son amant qui lui fixe Néo comme un lion prêt à attaquer. Elle se retrouve au milieu d'une joute verbale et visuelle qui lui retourne l'estomac. Elle n'aime pas ce genre de tension malsaine. Elle devrait sans doute se sentir fière de voir les deux hommes de sa vie se battre de la sorte, mais ce n'est clairement pas le cas. Elle boue intérieurement, désireuse de voir Néo la fermer, et Ezeckiel ne pas envenimer les choses. « Qui est l'étranger entre nous deux Ezeckiel ? » Elle grimace, alors que Néo sous-entend clairement qu'il est ici chez lui. Ce qui n'est pas faux, ca reste la maison de son père. Mais qu'Ezeckiel n'est qu'une pièce rajoutée dans ce puzzle immense et incohérent. Elle n'a pas le temps de s'interposer, Ezeckiel enchaine. « Tu sembles jaloux Neo, je me trompe ? » Lily retient Ezeckiel par le bras comme pour s'assurer qu'il ne fera rien de stupide. Elle panique. Merde. « Elle n'est pas ta fille. » « De quel droit... » « Je me suis bien plus occupé d'elle en six mois, que toi en dix ans. » Anastasia regarde l'un et l'autre dans leur combat de paroles, incapable de s'interposer ou de dire quoi que ce soit. La situation est irréelle. Ils s'attaquent comme des molosses alors qu'elle reste à l'écart, incapable de se mettre entre les deux sans se prendre un coup de dents.

Ezeckiel s'est levée, s'approchant de Néo qui le toise méchamment. Quant à elle, elle se tient juste en arrière du duo, cherchant du regard un soutient qui tarde à venir. Elle voudrait faire quelque chose, mais quoi ? Elle n'est pas venue ici pour supporte ce genre de scène. Finalement, c'est son beau père qui use de son autorité pour les arrêter. « Calmez vous s'il vous plait ! Asseyez vous ! » Néo semble se détendre et trouve rapidement place à nouveau dans la chaise qu'Anastasia avait occupée tantôt. Elle se tourne vers Ezeckiel et le foudroie du regard. « Que veux-tu faire ? » « T'en mettre une éventuellement. » Mais ce n'est pas lui qu'elle vise quand ca main fond l'air. Elle s'abat violemment à l'arrière du crâne de Néo qui lâche un cri de souffrance et de surprise. « Mais qu'est-ce.. » « Tu apprendras à tenir ta langue et à savoir où est ta place; Néo. » Lâche-t-elle avec sa froideur cruelle. Celle dont elle use quand elle est bien trop en colère pour s'exprimer en hurlant. Celle qui calme tout le monde, et qui lui vaut sa réputation à Oxford. Elle se tourne vers Ezeckiel, lui intimant de reprendre place avec un geste de la tête. Puis se tourne vers sa fille. « Tu as faim, Ma fille ? » Demanda-t-elle en accentuant sur le possessif pour rappeler à tout le monde qu'ici le parent le plus présent de la demoiselle c'est elle. Et que personne ne l'oublie. Lily lui appartenait. Elle sourit et acquiesce. Alors sa mère se tourne vers Victoria. « Peut être devrions nous passer à table, maman. Ton déjeunais doit être prêt non ? » Alors sa mère semble reprendre vie et se lève, dardant un regard interrogatif sur le ventre de sa fille avant de faire le tour du salon. « Je vous invite à prendre place. Mon mari et moi en bout de table. Ezeckiel venait à ma droite. Anastasia a ma gauche, puis Néo près d'Ana et Lily en face. Parfait parfait ! » Lâche-t-elle alors que chacun trouve sa place. Avant qu'elle ne parte en cuisine trouver les plats et les amener. C'est là que le beau père d'Anastasia se décide à intervenir à nouveau. « Une première n'a pas suffit, tu es à nouveau tombée enceinte hors mariage. » Elle se tourne vers lui, le foudroie du regard. « Quitte à être damnée. » Répondit-elle avec sarcasme. Il tique, lui rend son regard noir. « Tu as condamné deux hommes, dont mon fils à cause de ton imprudence. Tu comptes le garder celui la aussi ? » Elle blêmit devant les sous-entendus plus qu'évident de son beau père. Devant Lily, il parlait de se faire avorter, et d'abandonner son enfant. Aucune retenue. « Papa, ca ne nous regarde pas. Je me trompe ? » Demande Néo en se tournant vers Ezeckiel, toujours aussi joueur et moqueur. Anastasia répond en lui écrasant le pied sous la table. « Tenez votre langue tous les deux. Vous n'êtes pas abstenu d'un peu de courtoisie et de savoir vivre. » Lâche-t-elle en les regardant tous les deux.

La tension est palpable lorsque sa mère apporte le saumons, et la salade pour commencer le regard. « Alors, Ezeckiel, parlez moi un peu de votre travail. Vous allez faire un come back fracassant ! J'ai vu ca dans la presse. Est-ce que cela va aller de paire avec une vie de famille ? Il ne faudrait pas que votre carrière soit mise de côté... » Elle inspire profondément, s'obligeant à rester calme... calme... Calme...




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Mer 18 Mai - 22:52

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Il a ouvert sa bouche, évidemment il ne pouvait pas laisser passer une occasion pareille de faire un retour fracassant. Balançant ça comme si ce n'était rien, juste une nouvelle de plus comme ça, alors que cela ne le regardait même pas. Ezeckiel sent qu'il bouillonne intérieurement, il serre les dents et sa mâchoire devient aussi dure que de la pierre alors qu'il se calme. Aussitôt il sent la main de Lily se poser sur son bras et il se calme, refusant de faire quoi que ce soit contre Neo, pas devant Lily, jamais il ne sera violent devant elle, elle ne mérite pas ça. Mais si la petite fille n'était pas là alors Neo aurait sans doute une dent en moins à cet instant. Ezeckiel sourit à cette idée, un sourire effrayant et mauvais, rien de rassurant pour Neo qui le toise d'un air supérieur. Ce n'est pas parce qu'il est chez lui qu'il peut se permettre de le prendre de haut sans croire à ses représailles du musicien. Ce dernier ne se laisse pas marcher sur les pieds et il ne le fera jamais. Ce n'est pas aujourd’hui que cela va commencer et surtout pas par une tête de con comme Neo. Il ne le supporte plus, c'est définitif ! Heureusement Richard intervient, calmant tout le monde d'un ton autoritaire alors que les deux hommes semblaient bien partis pour se toiser sans bouger, attendant que l'un où l'autre baisse les yeux. Il se tourne vers Ana et lui demande ce qu'elle veut faire, après tout elle peut vouloir partir après la légère altercation qui vient de se passer. « T'en mettre une éventuellement. » Il fronce les sourcils et s'attend à recevoir une gifle mais il se rend compte que c'est Neo qui la prend à sa place, il ricane doucement en se tournant vers le père de la petite fille.

« Tu apprendras à tenir ta langue et à savoir où est ta place; Néo. » Dans jardin dehors, sous la pluie, serait une place appropriée. Il se mord la langue pour éviter d'envenimer les choses alors qu'il regarde Lily et lui demande silencieusement si elle va bien. La petite fille hoche la tête et le musicien s'approche d'elle, refusant de regarder une seconde encore Neo. Anastasia est horriblement froide, tout ce que Ezeckiel ne supporte pas ainsi il va se faire oublier pour éviter de s'attirer les foudres de la femme qu'il aime. Cette dernière réclame de passer à table, ce qui semble réveiller la maîtresse de maison qui se lève aussitôt. « Je vous invite à prendre place. Mon mari et moi en bout de table. Ezeckiel venait à ma droite. Anastasia a ma gauche, puis Néo près d'Ana et Lily en face. Parfait parfait ! » Il hoche la tête et suit sans protester la maîtresse de maison pour s'asseoir à la place qu'elle vient de lui donner. Il est à côté de Lily parfait, en revanche Neo est évidemment à côté d'Ana et il sent une jalousie incroyable monter en lui. Il serre les dents pour éviter de jeter une pique gratuite au père de la petite fille. Victoria part en cuisiner sans doute chercher les entrées alors que le musicien s'adosse tranquillement à sa chaise tout en posant les yeux sur Neo et Ana, côte à côte. « Une première n'a pas suffit, tu es à nouveau tombée enceinte hors mariage. » Ezeckiel passe discrètement son bras derrière la chaise de Lily et doucement, il vient appuyer sur l'épaule de la petite fille. Elle se tourne vers lui alors qu'il lui adresse un clin d’œil, une façon de détourner son attention pour qu'elle n'entende pas les horreurs de son grand père. Est-ce possible de détester autant quelqu'un ? Apparemment oui, dés qu'il pose les yeux sur Lily il semble pouvoir la foudroyer sur place. « Quitte à être damnée. »

Il se retient de rire, ce qui aurait pour effet d'apporter une mauvaise image de sa personne. Après tout la mauvaise image il l'a déjà avec le petit scandale qu'il vient de faire. Échange de regard noir entre les deux personnes, ce qui a pour effet de faire sourire le musicien alors qu'il baisse la tête, il s'amuserait presque de cette situation si Lily n'était pas au milieu. « Tu as condamné deux hommes, dont mon fils à cause de ton imprudence. Tu comptes le garder celui la aussi ? » Là il relève violemment la tête, prêt à répondre quelque chose d'aussi cassant que la phrase de cet homme mais Neo intervient bien vite, empêchant Ezeckiel de parler. « Papa, ca ne nous regarde pas. Je me trompe ? » Sourire hypocrite de la part du musicien. « Tu meurs d'envie de savoir notre réponse Neo. » « Tenez votre langue tous les deux. Vous n'êtes pas abstenu d'un peu de courtoisie et de savoir vivre. » Décidément il ne peut pas en placer une ce soir ! Finalement il se renfrogne alors que Victoria arrive, servant à tout le monde l'entrée. « Alors, Ezeckiel, parlez moi un peu de votre travail. Vous allez faire un come back fracassant ! J'ai vu ca dans la presse. Est-ce que cela va aller de paire avec une vie de famille ? Il ne faudrait pas que votre carrière soit mise de côté... » Il se tourne vers elle et lui sourit, comprenant la légère pique qui est encore une fois lancée. Mais qu'est ce qu'ils font là ? « Ma famille passera avant ma carrière à présent. » Dit-il simplement alors qu'ils commencent à manger. « Nous allons condenser notre tournée en trois semaines, un mois maximum afin que nous ne soyons pas éloigné de nos familles trop longtemps. Et avec le Bébé... »

Regard noir vers Neo qui semble jubiler intérieurement. « Cela m'arrange. » Sa belle mère semble se décomposer lorsqu'elle réalise une seconde fois, que sa fille est enceinte d'un bébé conçu hors mariage. « On pourra te suivre ? » La petite voix de Lily le fait sursauter alors qu'il se tourne vers elle. « Avec le bébé ce sera compliqué mais... Tu pourras sans doute venir avec moi parfois oui. Lorsque tu seras plus grande tu me suivras en Amérique. » La petite fille recommence à manger après avoir hoché la tête d'un air entendu. « Et vous ? Que faites-vous dans la vie ? » Dit-il à sa belle mère et à son beau père, essayant d'engager la conversation pour se concentrer sur autre chose. Et pas sur le fait que Neo et Ana soit à côté, ce qui rend sa jalousie plus violente encore. Pire encore , il tente par tous les moyens de ne pas voir les regards que Neo pose sur Ana. Des regards tendres où se cache encore une pointe de désir. Qui plus est il est en colère, comment Neo sait pour le bébé ? Ana le lui a dit, évidemment. Quand ? Comment ? Où ? Jalousie mauvaise qui s'infiltre en lui...



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Sam 21 Mai - 15:59

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
Le repas commençait dans une tension insoutenable et Anastasia commença à regretter d’être venue chez ses parents. Ou d’y avoir emmener Ezeckiel et Lily. Peut être aurait-elle dû venir seule annoncer sa grossesse et repartir sous un flot d’injures qui ne l’auraient pas vraiment atteintes. Qu’importe, cela dit, puisque les choses étaient ce qu’elles étaient à présent, et qu’elle ne pouvait pas revenir en arrière ; Condamnée à supporter les piques, les joutes verbales et les regards peu amènent. Sa mère apporta les plats, et ils commencèrent à se servir alors qu’elle entamait la conversation en s’interrogeant sur Ezeckiel. Son caractère de groupie la contraignait à faire ce genre de chose, et Anastasia ne put retenir un soupir d’agacement. Elle n’aimait pas les regards brillants de sa mère sur Ezeckiel, ni sa propension à se déplacer discrètement vers lui comme pour espérer un rapprochement physique. Ou alors était-ce la jambe de Néo bien trop proche de la sienne qui la rendait hargneuse ? Sans doute un peu de tout cela. Sans compter que sa chère génitrice semble décider à mettre de l’huile sur le feu, ou sous mettant l’idée à Ezeckiel de choisir entre elle et sa carrière. « Ma famille passera avant ma carrière à présent. » Anastasia se tourne alors vers son amant, et sent sa gorge se serrer. Ses émotions exacerbées commençaient à la fatiguer, et elle ne savait plus sur quel pied danser. Tantôt énervée, émue, heureuse, triste, mélancolique, agacée, elle vacillait d’un état à un autre sans réussi à s’y attarder. Sa grossesse la mettait dans tous ses états, et elle avait du mal à se contrôler. La voix chaude et roc d’Ezeckiel l’aidait à garder son calme malgré tout et à l’apaiser. Alors pendant qu’elle se servait de la salade, et du saumon, elle buvait littéralement ses mots, grisaient par sa capacité à remettre tout le monde à sa place, et à rappeler qu’il l’aimait et ne comptait pas s’échapper. « Nous allons condenser notre tournée en trois semaines, un mois maximum afin que nous ne soyons pas éloigné de nos familles trop longtemps. Et avec le Bébé... » Le mot était presque dit comme un hurlement, et la mère d’Anastasia tourna vers elle un regard peut amène. « Je vois… C’est dommage pour vos fans. » Levant les yeux au ciel, Anastasia se contente de piquer dans une tomate et de l’amener à sa bouche sans vraiment participer à cette échange de remarques et d’aversion.
Quand à Néo il semble s’être tendu et fixe Ezeckiel sans même faire mine d’être poli et de manger. « Cela m'arrange. » Tout cela semble incroyablement irréel et Anastasia se demande un moment si elle n’est pas en train de rêver cette situation si étrange. D’un côté le père de Néo semble s’amuser de voir Ezeckiel défendre un métier si stupide à ses yeux. Néo jalouse la futur famille qu’ils vont former. Lily regarde Ezeckiel avec cette étincelle d’admiration. Et la mère d’Anastasia semble décider à jouer les groupies. Quant à elle, elle est en train de se demander si elle ne devrait pas se lever, et se tirer. « On pourra te suivre ? » La voix de sa fille la fait réagir, et elle se met à sourire. Lily, son rayon de soleil, qui est si discret ici. En général sa fille ne parle pas quand ils sont chez ses grands parents, mais avec Ezeckiel elle sort de sa carapace, et ose être parfaitement elle-même. Elle les regarde attendrie, en souriant. « Avec le bébé ce sera compliqué mais... Tu pourras sans doute venir avec moi parfois oui. Lorsque tu seras plus grande tu me suivras en Amérique. » c’est à son tour de sursauter, se tournant vers Néo avec scepticisme. Est ce qu’il lui faisait vraiment du pied cet enfoiré ? Il ne la regardait pas, fixant toujours Ezeckiel avec un rictus mauvais. Alors prétextant mettre sa serviette sur ses jambes, la main d’Anastasia vient se poser sur la cuisse de son ancien amant avant de remonter – le sourire de Néo n’en était qu’élargit – et de trouver la peau tendre de son ventre pour venir la tordre. Couinement de douleur qu’il fait passer pour une toux sèche. « Ca va mon fils ? » « Parfaitement, Père, j’ai du tomber sur un os. » Anastasia lâche un rire moqueur avant de retourner dans la conversation d’Ezeckiel. « Et vous ? Que faites­vous dans la vie ? » Demanda-t-il d’une voix terriblement robotique, comme s’il s’obligeait à faire bonne figure.

Elle recommence à manger, le saumon étant malgré tout délicieux, et croise le regard sévère de son amant. Il va d’elle à Néo sans aucune retenue, et elle lâche un soupire – encore un – pour montrer son mécontentement. « Ne sois pas insolente, Ana. » La reprend sa mère avant même qu’elle ne comprenne de quoi il en retournait. « Ma mère a arrêté de travailler le jour où elle a rencontré Richard. Elle prétendait devoir rester à la maison pour s’occuper des enfants. » Dit-elle en la foudroyant du regard, et devant l’air vexé de sa mère elle sut qu’elle avait réussi. « Et elle a si bien réussi à s’occuper de nous qu’elle s’est rendue compte qu’on dormait dans le même lit quatre ans après leur mariage. » Lâche soudainement Néo en fixant toujours Ezeckiel. Alors la tension remonte et le père de Néo tape fortement sur la table en foudroyant son fils du regard. « Oserais-tu faire référence à cette… perversité ! Vous devriez avoir honte ! C’est un miracle si j’accepte de vous recevoir tous les trois sur mon toit - lâche –t-il en désignant Lily d’un geste de la main - Cette relation n’avait rien de normale. Je refuse d’en entendre d’avantage sur la question. » Néo baisse alors le regard, accusant le coup. Quant à Anastasia elle a les poings fermés, le visage dur, et la mâchoire serrée. Sa main lâche un rire crystalin ignoble, et Lily continue de manger comme si de rien n’était. Elle est habituée. Putain. « Richard a une entreprise qui lui a permis de gagner des millions. Il fait du marketing, des la télécommunication, et a même eut une entreprise qui construisait des microprocesseurs. » « Mon fils prendra la suite de l’entreprise. C’est un véritable métier dont il pourra être fier. Bien que ton entreprise de communication et d’évènements à New-York ait quand même fait ses preuves. » Continue Richard en coupant Anastasia sans retenue pour regarder son fils avec fierté. Fierté qui pousse Néo à relever la tête et à défier Ezeckiel du regard. « Ca a demandé pas mal d’années d’études et de travail. J’ai lu quelque part que toi tu n’avais pas même un diplôme universitaire. Tu as dû profiter bien vite de ton… Talent ? » Lâche-t-il en crachant ce dernier mot avec véhémence. Le combat de coqs commençait, et alors qu’il terminait son assiette, Néo ne profita pour poser son bras sur le dossier de la chaise d’Anastasia.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Dim 22 Mai - 16:19

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
La situation est étrange, ils sont tous au milieu d'un combat où chacun tente de taper sur l'autre. Sans repos, ils se balancent des piques et se regardent pour voir si la pique a fonctionné où pas. Et au milieu de tout ça Lily mange tranquillement, tellement habituée à être traitée comme une erreur de la pire espèce. Comment cette petite fille peut accepter cela ? Comment elle peut ne pas fondre en larme sous les mots violent que ses grand-parents crachent à son encontre. Elle est forte mais plus que ça encore, elle est habituée et c'est sans doute la pire chose qui puisse exister au yeux du musicien. Il connaît Lily, pas énormément certes mais depuis qu'il sort officiellement avec Ana il passe du temps avec la petite fille. Et c'est une enfant adorable qui mérite toute l'attention qu'on peut lui donner. Elle ne mérite pas une telle agressivité de la part de ces gens et Ezeckiel ne comprend pas comment Neo ne calme pas les choses en signalant tout de même, qu'elle est sa fille. Elle n'est pas une étrangère tout de même. Mais par respect il ne dit rien et se contente de rappeler que pour sa famille il sera là lui, qu'il ne laissera pas tomber Ana, Lily et leur bébé à venir. En revanche c'est clair que si leur enfant est traité de la sorte, ils ne viendront quasiment plus au risque que cela parte en clash. Il n'ose pas dire grand chose au sujet de Lily, comme le lui a fait remarqué Neo elle n'est pas sa fille et surtout, Ana l'a clairement remis à sa place il y a de ça une vingtaine de minutes. Depuis il ne parle presque plus, il se calme et tente de ne pas exploser face aux regards inquisiteurs de Neo. Et surtout face au désir que ce dernier porte encore à Ana, cette même femme qui ne semble rien voir. Il ne va pas tenir, il va exploser si Neo continue de se rapprocher d'elle comme cela. « Parfaitement, Père, j’ai du tomber sur un os. » Répond le jeune homme à son père après avoir lâché un couinement de douleur.

Ana vient de lui mettre un coup de pied où quoi ? Il ne sait pas et ne veut pas savoir, cela le rend malade de les voir si proche. Finalement par pure politesse il demande à connaître le métier de ses beaux parents. « Ma mère a arrêté de travailler le jour où elle a rencontré Richard. Elle prétendait devoir rester à la maison pour s’occuper des enfants. » Cette dernière semble se renfrogner et littéralement bouder, apparemment elle est vexée. « Et elle a si bien réussi à s’occuper de nous qu’elle s’est rendue compte qu’on dormait dans le même lit quatre ans après leur mariage. » Il serre les dents en fixant Neo, se disant qu'il pourrait bondir et lui faire ravaler son sourire moqueur qui commence à lui faire perdre patience. Mais finalement un poing violemment posé sur la table le fait sursauter alors qu'il se tourne vers Richard. Ezeckiel jette un coup d’œil à Lily qui continue de manger comme si rien n'était. Si il avait été enfant et si cela c'était produit chez lui, il aurait été mort de peur tant ses parents ne criaient pas et n'étaient pas violent. Mais bon il ne lancera pas le sujet là non plus. « Oserais-tu faire référence à cette… perversité ! Vous devriez avoir honte ! C’est un miracle si j’accepte de vous recevoir tous les trois sur mon toit. Cette relation n’avait rien de normale. Je refuse d’en entendre d’avantage sur la question. » Il sourit d'un air mauvais en voyant Neo baisser la tête d'un air coupable. Ca joue les mecs et c'est même pas capable de s'affirmer devant son père, cet homme est une honte qui ne mériterait même pas un regard. Ezeckiel pose encore une fois ses yeux sur la petite fille qui fait comme si rien n'était alors, il lui adresse un coup de coude et alors qu'elle relève les yeux vers lui, il lui sourit. Elle semble aller bien, habituée aux remarques de son grand père, elle se plonge une fois de plus dans son assiette et poursuit son repas tranquillement. Il est désespéré de voir qu'elle est traitée de la sorte. « Richard a une entreprise qui lui a permis de gagner des millions. Il fait du marketing, des la télécommunication, et a même eut une entreprise qui construisait des microprocesseurs. » « Mon fils prendra la suite de l’entreprise. C’est un véritable métier dont il pourra être fier. Bien que ton entreprise de communication et d’évènements à New-York ait quand même fait ses preuves. » C'est partie, tout le monde se lance des fleurs en se vantant de sa réussite, de son intelligence et de sa superbe. Tout ce qu'il ne supporte pas et tout ce qui l'agace au plus haut point. Mais il affiche un sourire faux tout en hochant la tête. « Et vos parents ? » Demande soudainement sa belle mère. « Ils sont archéologues. Tous les deux. » Elle affiche un sourire, apparemment ce métier est assez bien vu pour que Victoria ne lui adresse pas un regard noir.

De toute façon elle minaude devant lui depuis qu'il est arrivé. Calme toi, tu en deviendrais méchant. Il souffle un peu et attrape son verre pour prendre une gorgée d'eau, refusant de boire du vin rouge avec du saumon, cela ne convient pas. Alors qu'il repose son verre il remarque que Neo affiche une mine fière qui ne lui annonce rien de bon. Le combat reprend, magnifique. Ils ne vont pas terminer le repas finalement. « Ca a demandé pas mal d’années d’études et de travail. J’ai lu quelque part que toi tu n’avais pas même un diplôme universitaire. Tu as dû profiter bien vite de ton… Talent ? » Et bim, il tente de taper là où ça fait mal, ce qui arrache plutôt un sourire au musicien. « J'ai un master en musique classique et moderne. Ainsi qu'une particularité qui s'appelle L'oreille absolue, la même qu'avait Mozart lors de son vivant. » Il n'aime pas se vanter, au contraire, mais là il ne lui laisse pas le choix. « J'ai également écrit plusieurs opéras qui sont joués à travers le monde ainsi que des chansons pour les plus grands groupes qui existent. Ce n'est peut-être rien à tes yeux, toi qui ne possède aucun sens artistique, mais c'est énorme pour ceux qui peuvent reconnaître le talent. » Et bim, un partout ! « La même particularité que Mozart ? C'est à dire ? » Lui demande Victoria, voulant sans doute éviter que les deux hommes se sautent à la gorge dans la seconde qui suit. « J'entends une mélodie, je peux la jouer et l'écrire sur une partition sans aucun faute. J'entends la moindre note qui ne convient pas dans une chanson. C'est très particulier. » Dit-il avec un sourire terriblement arrogant. « Enlève ton bras. » Ajoute le professeur en fixant Neo d'un regard noir. « Que tu sois chez toi ici je m'en moque. Ôte ton bras de cette chaise et arrête de lui faire du rentre-dedans, c'est un conseil. » Il pose sur Neo un regard tellement noir qu'il pourrait le fusiller sur place. « Sinon quoi ? » Lui répond l'autre homme en se rapprochant dangereusement d'Anastasia.



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Lun 23 Mai - 20:49


ezeckiel. - mère d'ana - beau père d'ana - lily - anastasia - néo

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
« Ils sont archéologues. Tous les deux. » La voix d'Ezeckiel dénote presque entre toutes les déclamations si terriblement habituée de fierté et de prétention. Anastasia n'ose pas essayer de se souvenir la dernière fois qu'elle a apprécié un repas en famille. Cela remonte à loin, bien avant le divorce de ses parents, et le remariage de sa mère avec le père de son petit ami de l'époque. Cela remonte aux années où Andrea, et Sasha vivaient encore sous le toi de Victoria, et où elle pouvaire dire qu'elle avait une relation privilégié avec sa fratrie. Ce n'était plus le cas. Sasha était partie à Londres faire ses études, et vivait dans une colocation avec des amies mannequins qui la rendaient aussi stupides qu'elles. Andrea était en France, essayant de guérir une peine de coeur qui l'avait anéanti. Et elle se trouvait là, enceinte à nouveau, à subir les foudres de ses parents sans trop rechigner. Ce n'était pas dans son caractère, sans doute, mais elle avait depuis longtemps baissé les bras. Elle avait décidé que le silence lui éviter bien des humiliations, et qu'il valait mieux ne pas faire attention à ce qu'il se disait autour d'elle, sachant ce qu'elle valait elle, et que c'était bien suffisant. Elle essayait encore de se convaincre de cela, tandis que Lily l'avait adopté depuis longtemps. Sa fille ne faisait absolument pas attention à ce qu'il se passait autour, mangeant avec appétit sous le regard attendri d'Anastasia.
Le regard mauvais de Néo atteint finalement Ezeckiel, qui change de comportement sans doute sans s'en rendre compte. Anastasia le regarde, agacée par cette propension qu'à sa famille à pervertir tout ce dont elle tient. « J'ai un master en musique classique et moderne. Ainsi qu'une particularité qui s'appelle L'oreille absolue, la même qu'avait Mozart lors de son vivant. » Sa voix prouve d'un orgueil qu'il n'assume pas vraiment, et c'est la première fois qu'elle l'entend parler ainsi. Elle est au courant de son don, et elle apprend à aimer la musique à ses côtés. Mais c'est bien la première fois qu'il se vante d'être ce qu'il est. Alors qu'il lui a avoué que ce don pouvait être un terrible fardeau bien souvent. SA famille le rendait ivre, l'obligeant à sortir des armes auxquelles il n'est pas accoutumé. Elle le pervertissait, et Anastasia détestait cela. Elle voulait qu'Ezeckiel reste modeste et honnête comme il l'était naturellement. Parce qu'il soit changé par le regard et les moqueries de Néo et de sa mère. « J'ai également écrit plusieurs opéras qui sont joués à travers le monde ainsi que des chansons pour les plus grands groupes qui existent. Ce n'est peut-être rien à tes yeux, toi qui ne possède aucun sens artistique, mais c'est énorme pour ceux qui peuvent reconnaître le talent. » N'importe qui serait assez intelligent pour ne pas pousser plus loin la moquerie, mais Néo n'est pas de ceux-là aujourd'hui. Perverti lui aussi par le contact de son père, et par l'éloignement d'Anastasia. La seule à le garder un peu lucide et les pieds sur terre. Il lâche un ricanement, et mange un petit peu, terminant aussi vite que possible son assiette tandis que la mère d'Ana prend la suite de la conversation. Séductrice. Salope. « La même particularité que Mozart ? C'est à dire ? » « J'entends une mélodie, je peux la jouer et l'écrire sur une partition sans aucun faute. J'entends la moindre note qui ne convient pas dans une chanson. C'est très particulier. » Elle le retrouve un peu dans la chaleur de sa voix, et elle croise son regard, lui offrant un sourire contrit une fois encore. Le repas continue, sans un bruit de plus, et rapidement les assiettes se vident. Anastasia joue un temps avec ce qu'il reste de saumon dans son assiette, son ventre tordu par l'angoisse de cette situation. Elle grimace, alors qu'une chaleur envahit son dos. La main de Néo vient de s'y glisser allègrement.

Sous le regard courroucé d'Ezeckiel. « Enlève ton bras. » Elle sursaute face à la violence qui claque dans sa voix. Elle se tourne vers Néo qui ne fait pas attention à elle, et sent son coeur s'emballait. Etrangement, l'idée qu'ils se battent l'excite sans qu'elle ne puisse le réprimer. Néo ne bouge pas, fixant Ezeckiel avec son regard je suis dans mon droit que vas-tu faire ? elle le connait ce regard, elle l'offrait à ceux qui osaient draguer Anastasia quand ils sortaient ensemble. Il s'est déjà battu. Plusieurs fois. Ca l'excitait aussi. Putain. « Que tu sois chez toi ici je m'en moque. Ôte ton bras de cette chaise et arrête de lui faire du rentre-dedans, c'est un conseil. » Elle sent son coeur se gonfler d'une envie et d'une fierté énorme. Putain, Ezeckiel était beau avec son regard assombri par la colère. « Sinon quoi ? » Joueur. Evidemment. Il serait inutile de s'interposer, Néo teste les limites d'Ezeckiel. La mère d'Anastasia trépigne, amusée par la situation, alors que Richard lâche un commentaire du genre abrutis de jeunes avant de replonger dans son assiette. « Lily. Tu as terminé ? » Lâche Anastasia en se tournant vers sa fille qui acquiesce rapidement. « Va prendre un dessert dans le frigo et termine de manger dans le petit salon, devant la télévision si tu veux. Prends Ghost avec toi. » Propose-t-elle en contrôlant parfaitement la douceur dans sa voix. Sa fille sourit, alors, bien trop heureuse de quitter la table devant cette tension palpable. Personne ne bouge, alors qu'elle quitte la pièce. Anastasia entendu la porte du frigo se fermer, le chien trottiner, et la porte de l'autre salon claquer. Elle inspire profondément, alors que soudainement elle sent les lèvres de Néo sur sa joue, ce qui la fait sursauter. « Tu es parfaite avec elle, Ana. » Sa voix est souave. Il s'est rapproché soudainement. Et tout passe vite.

La mère d'Anastasia se lève pour débarrasser. Richard prend son journal pour se cacher derrière, et elle reste stoïque, ne sachant comment réagir sans violence. Nullement besoin, cela dit. Ezeckiel est plus rapide qu'elle.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Mar 24 Mai - 18:33

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Ezeckiel est un homme calme et posé, autrefois il était violent et ne se laissait tellement pas marcher sur les pieds qu'il avait une sale réputation de bagarreur. Il c'est souvent battu, parfois allant même jusqu'à se retrouver à l’hôpital avec des salles ecchymoses sur le visage, témoin muet de son caractère mauvais et impulsif. Hors il c'est calmé, depuis longtemps maintenant il réfléchit lorsqu'il doit faire parler ses poings. Mais aujourd'hui il sent que ses limites sont atteintes, il sent qu'il ne va pas tenir longtemps. Seul la présence d'Ana et de Lily le font se calmer et se réfléchir alors qu'il pose sur Neo un regard terriblement noir où perce une lueur dangereuse. Il y aurait encore un an en arrière, il se serait levé et aurait tabassé Neo jusqu'à ne plus en pouvoir, il lui aurait littéralement refait le portraits sans aucune pudeur et sans la moindre gêne. Mais pour Ana il ne dit rien, il reste bien assis et montre une facette calme de lui même. Pour leur enfant et pour Lily aussi qui serait effrayée de le voir se mettre en colère si seulement il se laissait emporter. Mais Neo semble prendre un malin plaisir à le pousser dans ses derniers retranchements, il semble jubiler de voir le musicien dans cette posture, incapable d dire où de faire quoi que ce soit de peur que ça tourne définitivement mal. Ezeckiel attend, espérant sincèrement que l'ancien amant de sa femme se calme et qu'ils puissent terminer ce repas dans la bonne humeur. Il fait de la boxe depuis des années et il sait que lorsqu'il commence il ne s'arrête plus. Il est incapable de se calmer lorsqu'il commence à taper, seul un contact visuel lui permet de reprendre ses esprits. Pire encore il se souvient avec horreur du meurtre qu'il a commis il y a quelques années.

Cet homme qui a violé et traumatisé Avery, il l'a tellement frappé qu'il a retrouvé son corps inerte au sol et qu'il n'a pas eu d'autre choix que de s'en débarrasser. Ce soir là il était seul, il n'avait personne pour l'éloigner et pour lui faire reprendre pied à la réalité. Ce soir il y a Ana et elle ne le laissera pas être violent à ce point, n'est-ce pas ? Alors pourquoi elle ne dit rien ? Pourquoi elle ne bouge pas, ne repousse pas Neo ? Peut-être qu'elle aime les voir tous les deux ainsi, à se battre comme deux coqs devant elle pour attirer son attention, c'est à celui qui se fera le plus remarquer apparemment et pour l'instant Neo arrive en tête. Avec plaisir le musicien remarquer qu'il lui fait fermer son claper lorsqu'il annonce avoir quelques dons qui le font sortir de la moyenne. Pour l'instant il semble ne rien ajouter où du moins ne rien trouver de bien qui puisse mettre Ezeckiel encore plus hors de lui. Mais c'est là qu'il remarque une main de Neo partir et se loger sur la chaise d'Ana, touchant son dos comme si ils étaient encore en couple. Comme si il pouvait encore exister quelque chose entre eux, quelque chose qui le pousse à agir tel son compagnon et pas comme son ex. « Sinon quoi ? » Il ouvre la bouche, prêt à invectiver cet homme. Il va lui balancer son assiette au visage, pire encore l'égorger avec un bout de verre et lui imprimer une horrible cicatrice pour le défigurer à vie. Tout qui peut lui faire perdre ce sourire arrogant, tout pour qu'il arrête de poser sur Ana un tel regard plein de vices et de désir. Il l'aime encore, cela se voit où du moins il la désire assez pour avoir envie de lui faire l'amour ici et maintenant. Et cela rend Ezeckiel fou, imaginer Ana dans les bras de cet homme, prenant son plaisir alors qu'elle jure l'aimer va le faire vriller définitivement. Il serre les poings et pose ses yeux sur Lily, une seconde où la petite fille le regarde et lui sourit, sourire qu'il lui rend. Il se sent apaisé aussitôt mais cela ne va pas durer, il le sent. « Lily. Tu as terminé ? » La petite fille hoche vivement la tête en souriant à sa mère alors que le musicien joint ses mains devant sa bouche et qu'il prend plusieurs respirations pour garder ce calme léger qu'il a retrouvé. « Va prendre un dessert dans le frigo et termine de manger dans le petit salon, devant la télévision si tu veux. Prends Ghost avec toi. » Qu'elle bonne idée ! Elle se lève et part dans la cuisine pour chercher un dessert comme sa mère le lui a demandée.

Sans un son, un bruit, une parole. Tout s’enchaîne très vite, Victoria se lève et semble partir dans la cuisine également alors que Richard se plonge dans son journal en marmonnant quelques paroles que le musicien n'entend pas. Il ne voit que Neo. Neo qui s'approche d'Ana et qui pose sa main sur l'épaule nue de cette dernière. Neo qui l'embrasse sur la joue. Neo qui lui murmure une phrase, une seule et unique. « Tu es parfaite avec elle, Ana. » C'est beaucoup trop. Il se lève d'un bon et fait le tour de la table alors que l'ancien amant de sa femme en fait de même. Le premier coup part mais il ne vient pas d'Ezeckiel, il vient de l'homme en face de lui. Technique habituelle, attaquer en premier pour se protéger, tout ce qu'il ne faut pas faire avec le musicien. Il connaît toutes les techniques de boxe et depuis quelques mois il en est imbattable, mauvais timing pour Neo qui ne va pas le voir venir. Très vite Ezeckiel lui décroche un magnifique crochet du droit avant de l'attraper par le col, profitant du fait qu'il soit sonné, pour venir le plaquer contre la table. « Qu'est ce que je t'ai dis ? De la lâcher ! Il y a quoi que tu ne comprends pas dans ma phrase Neo ? » Murmure Ezeckiel à son oreille, ne se rendant même pas compte qu'il a fait tomber plusieurs assiettes et verres au sol, cassant la vaisselle au passage. « Va te faire foutre Bennett ! » Lui crache Neo au visage alors qu'il lui balance un coup dans le ventre, faisant reculer Ezeckiel de quelques pas sous la surprise et la douleur. « STOP ! Je suis chez moi et je vous interdis de lever la main sur mon fils encore une fois ! » S'interpose Richard après avoir repris ses esprits. « Qu'il touche Anastasia encore une fois et je vous jure que vous ne m'arrêterez pas. » Répond le professeur en posant sur son beau père le même regard noir qu'il réserve à Neo. « Et tu ne dis rien ? Il me frappe et tu ne l'arrêtes même pas ?! » Demande Neo en se tournant vers Anastasia. « Je vais prendre l'air. Et ensuite je me tire, fais ce que tu veux Ana. » Ajoute Ezeckiel en se tournant et en rejoignant la porte d'entrée. Il sort dehors et aussitôt qu'il retrouve l'air frais, il sort une cigarette et l'allume. La première bouffée de tabac lui donne l'impression de se calmer mais ce n'est pas assez alors il en prend une seconde tout de suite. C'est là qu'il se rend compte que son arcade droite lui fait légèrement mal, Neo frappe fort apparemment. Il baisse la tête et continue de fumer, sentant dans son dos la présence d'une personne. Alors... Ana, Lily où Neo qui revient chercher des problèmes ?



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Mar 24 Mai - 23:36


ezeckiel. - mère d'ana - beau père d'ana - lily - anastasia - néo

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
La seule idée qui vint à Anastasia fut de faire sortir Lily de la pièce. Elle ressentait la tension soudaine qui était montée d'un cran, et quelque part elle espérait qu'elle n'exploserait pas trop violemment - aussi fortement qu'elle le désirait afin de voir Néo blêmir et être remis à sa place. Elle avait beau toujours repousser les avances de son ancien amant il revenait à la charge comme si cela lui importait peu. Elle était agacée par ce comportement, tout autant qu'elle ne savait pas le gérer. Elle pouvait bien le gifler qu'il se mettait simplement à rire, et elle en était frustrée. Elle aurait voulu qu'il comprenne qu'elle ne lui appartenait plus désormais, et que le seul à pouvoir à loisir profiter de sa proximité était Ezeckiel. Il s'était insinué en elle à la manière d'une caresse tendre dont elle ne pouvait plus se passer à présent. Le besoin d'Ezeckiel était aussi violente que le désir de voir Néo disparaitre à jamais de sa vie. Pas que cela soit possible pour le moment - elle le savait - car ils étaient en plein milieu de leurs négociations concernant Lily, et le reste. Enfoiré.
Dés que Lily quitta la table, et que Néo crut opportun de venir embrasser la joue d'Anastasia tout commença très vite, sans qu'elle ne put rien y faire. Si elle connaissait le passé violent d'Ezeckiel - sans se douter de ce que cela signifiait vraiment - elle ne l'avait encore jamais vu à l'oeuvre. Néo s'était déjà battu pour elle, mais jamais avec une rapidité et une violence aussi exacerbée. Ezeckiel était dangereux, un prédateur qui s'élança sur sa victime aussi rapidement et silencieusement qu'un fauve. Anastasia vit le premier coup partir - de la part de Néo - se leva et lâcha un cri qui resta coincé dans sa gorge sous la surprise. Ezeckiel fut plus rapide à lancer son ennemi sur la table faisant tomber un verre et une assiette qui se brisa. Un morceau de verre vint se loger dans la jambe d'Anastasia qui gémit de douleur, sans se rassoir. Un morceau minuscule fort heureusement. « Qu'est ce que je t'ai dis ? De la lâcher ! Il y a quoi que tu ne comprends pas dans ma phrase Neo ? » La voix de son amant était méconnaissable, et elle sentit son sang se figer dans ses veines. Elle leva son regard vers lui et crut comprendre une chose qui lui avait jusqu'alors échappé : il était capable de tout pour elle. Elle esquissa un mouvement vers lui pour l'intimer au calme. « Ez » « Va te faire foutre Bennett ! » Coupée dans son élan par Néo, c'est son beau père qui fut plus rapidement pour s'interposer. Elle était choquée, incapable de vraiment réagir, et elle sentait le sang perler de sa jambe. La blessure était artificielle, elle le savait n'ayant pas plus mal qu'une simple brûlure. Mais malgré tout cela donnait à la scène un je-ne-sais-quoi de dramatique. « STOP ! Je suis chez moi et je vous interdis de lever la main sur mon fils encore une fois ! » Votre fils a été bien prompt à frapper le premier, abruti. « Qu'il touche Anastasia encore une fois et je vous jure que vous ne m'arrêterez pas. » Une bouffé de chaleur l'enveloppa. Se rendant compte qu'elle n'était plus seule à présent. Mais c'est peut être à toi de le protéger aussi Ana... Pensa-t-elle fortement. Après tout, Ezeckiel fulminait et il lui semblait qu'il aurait du mal à retrouver son calme seul. Elle allait avancer pour le toucher, au moins, avant que Néo ne se tourne vers elle, la figeant de son regard glacial. Connard. « Et tu ne dis rien ? Il me frappe et tu ne l'arrêtes même pas ?! » « Je devrais ?! »  Demanda-t-elle aussi fortement, colérique face à son amant qui ne baissa pas les yeux. Elle non plus, et le combat commença de la sorte. « Je vais prendre l'air. Et ensuite je me tire, fais ce que tu veux Ana. » Elle poussa un gémissement plaintif, alors que son amant partie pour sortir sans qu'elle ne puisse rien faire. Elle était secouée, choquée, et en détresse. Le désir de sortir se fit impérieux, mais alors qu'elle allait pour rejoindre Ezeckiel, Néo la retint par le bras. Assez fortement pour qu'elle grimace. « Tu penses que je vais laisser ma fille vivre sous le toit d'un mec violent ? Je porterai plainte, il sera écroué. Devant témoin en plus. Et toi qui ne fait rien.... je pourrais presque dire que tu es complice. » Elle se figea à nouveau, se tournant vers lui alors que son père souriait avec la même malice machiavélique. Putain de merde. « Encore un de tes coups foireux Néo ? - Sinon les témoins pourront aussi dire que tu as été le premier a frapper, crétin. Il n'a fait que protéger ce qui compte pour lui. Chose que tu n'as jamais été capable de faire. » Dit-elle alors qu'il se rapprochait d'elle, dangereusement. D'un geste violent elle le repoussa, son coude trouvant la mâchoire de Néo sans qu'elle le veuille.

« Maman ? » Lily était revenue, figée devant la scène, alors que son père saignait du nez après le coup d'Ezeckiel. Anastasia reprit contenance, un temps. « Chérie prend tes affaires, on s'en va. Ezeckiel est déjà dehors, rejoins le. » La gamine ne chercha pas d'autres explications avant de faire signe à Ghost de la suivre à l'extérieur. Anastasia ne la suivit par tout de suite, allant dans la cuisine où sa mère rangeait la vaisselle. « Maman. »  « Tu t'en vas déjà ? » Elle lève les yeux au ciel. « C'était une chose à prévoir en invitant Néo. » « Je n'ai ... » « A d'autre. Il s'invite chez toi et tu ne dis rien d'autre que Installe toi confortablement ? J'te connais encore assez bien, me prends pas pour une conne. » « Parles moi convenablement, Ana. Tu es encore sous mon toit. » Exaspérée Anastasia soupira lourdement et posa une main sur son ventre. « L'accouchement est pour Septembre, si cela t'intéresse. Je t'enverrais un sms. Ne fais pas le déplacement - après tout tu ne l'as pas fait pour Lily non plus. Au revoir Maman. » Le temps qu'elle retourne dans le salon, elle se rendit compte que son beau père était seul, et que des éclats de voix venaient de l'extérieur où elle s'élança sans plus attendre.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Mer 25 Mai - 0:59

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Il se laisse emporter par la colère alors que tout son être lui hurle de se calmer et de sortir d'ici, l'air est étouffant, il a l'horrible impression d'être tout seul tant il ne sent pas Ana qui cherche à le calmer. Neo jubile, il joue avec ses nerfs et il prépare sans doute quelque chose dans son dos et pourtant, Ezeckiel sait qu'il est incapable de se laisser humilier de la sorte sans réagir. C'est trop, sa fierté hurle et tout son être va exploser si il ne se lève pas rapidement. Il est agile, bien plus que Neo apparemment et lorsque ce dernier frappe en premier, Ezeckiel l’attrape et le jette presque sur la table. Sous le choc l'autre homme met une seconde à revenir à lui même puis, Ezeckiel lui rappelle les règles. Ana lui appartient et si il veut garder sa jolie petite tête, il doit éviter de trop la toucher. Pour son bien-être, pour sa survie même. Pourtant son coup part sans qu'il ne puisse le retenir alors que Neo lui en a collé une il y a quelques secondes. Mais rapidement il le lâche, les mains tremblantes et une rage folle envahissant son corps. Lily est dans la pièce à côté, elle ne doit pas le voir ainsi, il doit se calmer tout de suite si il veut éviter de passer pour ce qu'il n'est pas. Neo cherche vainement du soutien auprès d'Ana alors que le musicien signale qui sort et qu'il part fumer. Un rapide passage dans la cuisine pour saluer la maîtresse de maison et voilà qu'il rejoint le jardin pour fumer. Tirer sur sa cigarette lui fait un bien fou et semble l'apaiser aussitôt. Mais derrière lui il entend quelques pas alors il se retourne, prêt à attaquer Neo si ce dernier vient encore lui chercher des problèmes. Mais ce n'est que Lily qui, en le voyant, marque un temps d’arrêt. Il s'adoucit aussitôt et lui fait un sourire tendre. « Excuse moi ma puce. Journée difficile. » Elle lui sourit et s'approche de lui, se hissant sur la pointe des pieds pour regarder son arcade qui est rouge et enflée. « Neo a le nez en sang. » Dit-elle simplement alors qu'une pointe de fierté née chez Ezeckiel, il a honte aussitôt d'avoir frappé le père de la petite et le lui fait savoir.

« Je suis profondément désolé. Il... On c'est accroché, tu sais ce que c'est. Excuse moi d'avoir frappé ton père. » Elle hausse les épaules et baisse les yeux après avoir fini de regarder son arcade. « Il n'est même pas venu pour me voir. Il est venu pour maman. Et sans doute pour te mettre hors de toi. » Il soupire et hoche la tête. Il est désolé pour elle, désolé qu'elle se soit rendu compte qu'il n'est venu que dans l'idée de reconquérir Anastasia, même pas dans l'idée de voir sa fille, il ne lui a pas parlée de tout le repas de toute façon. Pas un seul mot, pas une seule fois. Cela le met dans une rage folle. « Maman m'a dit d'aller à la voiture, je voudrais rester avec toi, je peux ? » Dit-elle alors qu'il hoche vivement la tête, être avec elle l'apaise bien plus qu'il ne pourrait le reconnaître. Mais alors qu'il change de place pour ne pas jeter sur Lily la fumée de sa cigarette, une autre personne vient derrière lui. « Éloigne toi de ma fille ! » Crache Neo en venant poser sa main sur son épaule pour le pousser assez loin. Aussitôt Ezeckiel met sa cigarette entre ses lèvres pour prendre une bouffée de tabac. Lily est là, dans son coin, elle ne doit rien voir et il ne fera rien devant elle. « Barre toi Neo. Je te jure que je vais te mettre la tête au carré si tu touches Lily. » Mais l'homme en question ne semble pas vouloir le lâcher. Il le provoque beaucoup trop, d'une manière tellement violente que Ezeckiel serre les dents pour ne pas lui sauter à la gorge.

Lily, en précaution, a pensée à se mettre derrière Ghost qui déjà, grogne en direction des deux hommes, pour protéger la petite fille. « T'as même pas les couilles de me toucher ! T'es qu'un toxico Bennett, juste bon à te mettre dans des états lamentables pour oublier ta vie minable. Tu veux me voler Ana et ma fille mais tu ne pourras jamais être à ma hauteur. A ton avis, pourquoi Ana ne m'a pas repoussée ? Hein ? » Ezeckiel baisse la tête et respire doucement, il sent un flot de colère déferle en lui, avec une telle violence que cela pourrait le pousser a pire avec le père de Lily. Mais pour elle, pour son enfant qui vient aussi, il ne dit rien et il encaisse les paroles affreuses que Neo lui crache au visage. Ce dernier s'approche de lui et murmure quelques mots encore, à son oreille, tout bas pour que Lily n'entende pas. « Ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle retrouve mes bras. Tu n'es qu'une roue de secours Bennett. » Il pousse Neo, refusant d'en entendre plus. Mais alors qu'il relève les yeux, il aperçoit Anastasia. Elle est là depuis longtemps ? Qu'est ce qu'elle a entendu ? Neo se tourne également vers elle, surpris de la voir arriver. Ezeckiel la regarde, attendant une réaction, un mot, quelque chose qui prouve que Neo se trompe.



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Mer 25 Mai - 1:29


ezeckiel. - mère d'ana - beau père d'ana - lily - anastasia - néo

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
Regret; elle essayait de se souvenir des raisons qui l'ont poussé à accepter l'invitation à diner de sa mère. Mais finalement alors que tout part en vrille autour d'elle, elle est bien incapable de s'en souvenir. Elle n'avait pas un seul souvenir agréable de ces dîners. Souvent elle partait en claquant la porte, sa fille sous le bras, hurlant que jamais plus elle ne reviendrait dans ces lieux pour se faire insulter de la sorte. Traite de la sorte. Des parias, aux yeux de son beau père et de faire aux yeux de sa soumise - et abrutis - de génitrice. Auparavant elle pouvait compter sur le soutien d'Andrea, à défaut d'avoir le soutien de quiconque d'autres. Mais Andrea était en France, elle était ici, et personne pour la soutenir. Peut être avait-elle pensé que la présence d'Ezeckiel changerait quelque chose. Le fait d'être en couple, dans une relation vraiment sérieuse, aurait dû calmer la véhémence de son beau père - à défaut de rappeler à sa mère qu'elle n'était pas une adolescente fan de DNA qui pouvait espérer écarter lui cuisse pour son chanteur si charismatique. Mais peine perdue, il semblait que la seule existence de Lily ne puisse leur permettre d'être regardé autrement qu'à la manière de deux pestiférées. Néo n'avait rien arrangé, évidemment, ce qui n'étonnait pas Anastasia outre mesure. Elle comprit aussi qu'il n'avait pas oublié son projet de prendre Lily, quant bien même il ne faisait aucun effort pour faire connaissance avec sa fille. Ou même pour lui paraitre agréable. Il était un parfait crétin, se faire sucer par une blonde avait finit par lui faire expulser son cerveau par les couilles. Pitoyable, vraiment. Et dire qu'elle l'avait aimé à en perdre la raison. Dire qu'elle l'avait aimé avec toute la candeur et la naïveté de l'adolescence, avec une passion sans logique, déraisonnable au possible, se cachant de leurs parents, du reste du monde, de tous. Tombée enceinte, elle en avait été mortifiée, parce qu'il était absent, déjà reparti. Elle aurait tout donné pour qu'il soit présent pour sa fille, au moins une fois. A présent qu'il l'était elle le détestait pour être ce qu'il était devenu. Les gens changent, en définitif. Mais pas en bien en ce qui le concernait.
Quant à elle, elle aimait à nouveau, mais cette fois avec la maturité et la méfiance de l'adulte, ce qui ne faisait que renforcer cette relation passionnelle avec Ezeckiel. S'ils n'avaient rien fait convenablement elle avait en lui une confiance aveugle aujourd'hui, ravalant sa fierté et osant le considérer comme une partie intégrante de son existence, et de celle de Lily. Il était le père qu'elle n'avait jamais eut, et elle le regardait avec la fierté qu'Ana aurait aimé voir briller dans ses yeux pour Néo. Au moins avait-elle la chance de pouvoir compter sur Ezeckiel, c'était inespéré pour sa fille.  

Elle rejoint rapidement l'entrée où elle ouvrit la porte pour se retrouver face à un spectacle qui la figea - une fois encore - sur place. Elle commençait à avoir une migraine terrible. « [...] ennett, juste bon à te mettre dans des états lamentables pour oublier ta vie minable. Tu veux me voler Ana et ma fille mais tu ne pourras jamais être à ma hauteur. A ton avis, pourquoi Ana ne m'a pas repoussée ? Hein ? » Elle fronce les sourcils avec qu'Ezeckiel blêmit. Mais elle ne prend pas la peine de répondre, cherchant du regard la seule personne qui importe pour elle devant tout ce désordre : Lily est derrière Ezeckiel, cachée par Ghost qui semble prêt à bondir s'il le faut; Anastasia - rassurée - s'avance alors derrière les deux hommes qui ne peuvent pas la voir. « Ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle retrouve mes bras. Tu n'es qu'une roue de secours Bennett. » Le murmure lui parvient alors qu'elle n'est qu'à quelques centimètres. Une roue de secours ? L'idée lui semble grotesque, stupide, pire encore. Enfin Ezeckiel se rend compte qu'elle est là, et Néo se tourne à son tour, imperturbable. Fier, l'enfoiré. Elle lui passe devant, fonce vers Ezeckiel qu'elle prend contre elle, empoignant sa nuque pour le faire descendre sur ses lèvres, dans un baiser féroce. « Excuse moi... La fatigue. J'ai pas eut le temps de réagir. » Dit-elle contre lui, posant son front sur le sien, un sourire attendri dans la voix. Elle le regarde, s'autorisant cet instant dans ses bras. Mais rapidement elle est bousculée par Néo qui revient en force, ricanant d'un air mauvais, boudeur, la frôlant du bas du dos - pour avoir sa putain d'attention. Ca l'agace, ca l'énerve. Elle soupire et se tourne, restant collée à Ezeckiel. « Sincèrement Ana ? Tu me préfères à ça ? Depuis quand tu joue les groupies  ? »  Il semble vraiment affecté mais elle s'en fiche, levant les yeux au ciel elle le repousse, les deux mains sur le torse. « Ne t'avise pas de venir critiquer ma vie aujourd'hui, Néo. Ni Ezeckiel. Ni Lily. Je ne veux plus entendre un seul mot insultant de ta bouche, ou j'en réfèrerai à mon avocat. » Dit-elle, mauvaise et froide comme elle sait si bien le faire. « Il est violent, l'avocat le saura aussi. » « Il ne l'est pas plus que toi. Sors de ma vie... »  murmure-t-elle dans un souffle exaspéré et suppliant. Il fait un pas en arrière, et elle cherche le bras d'Ezeckiel pour le faire venir sur son ventre, comme une recherche de soutien indéfectible.

« Je n'abandonnerai pas. Sais-tu ? Je trouverais un moyen de la récupérer. » A d'autres. Elle envoie un doigt d'honneur à son ex-amant, sous l'exclamation choquée de Lily. « Tu trouveras surtout le chemin vers New-York, retrouver ta fiancée. Et tu nous oublieras. Comme tu as su si bien le faire ces dix dernières années. Au revoir Néo. » « A bientô Ana. Ezeckiel. Lil»  « Non. »  La gamine ne laisse pas son père en placer une, fais volte-face et rejoint la voiture sans demander son reste, vite suivit par Anastasia qui prend la main d'Ezeckiel pour l'entrainer après elle.

D'un geste elle lui tend les clés, lui donnant le volant alors qu'elle sent sa tension nerveuse chuter, et la nausée la saisir. Elle s'assoit sur le siège passager et inspire profondément, laissant son corps se détendre peu à peu. Elle grimace, douloureusement. « Je suis désolée, Ez... »  Dit-elle en se tournant vers lui, la main se levant pour frôler l'endroit sanglant où Néo l'a frappé. « Ca te fait mal ? Tu ... on doit faire soigner ca. » Dit-elle, soucieuse, complètement éreintée.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Jeu 26 Mai - 18:24

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
C'était une mauvaise idée, ça ne fait aucun doute quand on voit comment cela a terminé au final. Neo a eu ce qu'il voulait et nul doute qu'il va faire croire qu'Ezeckiel est violent, jouer à cela pour avoir la petite fille. Ezeckiel s'en veut de ne pas avoir pu se contrôler, il aurait du se lever et partir mais Neo l'a frappé en premier et il ne pouvait pas se laisser faire. Il n'a provoqué tout le long du repas, il a conscience de cela. Finalement ils auraient du s'arrêter au McDo, ça aurait évité une catastrophe pareille. D'ailleurs il se dit que l'idée est bonne ainsi, il se tourne vers Lily et lui sourit. « T'as assez mangé toi ? » Dit-il alors que la petite fille hausse les épaules, signalant qu'elle n'est pas rassasiée elle non plus. Il faut dire qu'avant que tout s’enchaîne, ils ont simplement avalé un morceau de saumon et de la salade et pour Lily, un yaourt. Autant dire que pour elle qui est en pleine croissance et pour lui, ce n'est pas assez. « On s'arrête au McDo. Où à Domino's Pizza, ça te branche ? » Aussitôt une lueur d'envie s'illumine dans les yeux de la petite fille alors qu'elle hoche vivement la tête. Évidemment, c'est une adolescente, elle ne dit jamais non à de la mal-bouffe. On s'en fou, ils ont eu une journée horrible, ils peuvent se faire plaisir au moins cet après midi. Il est interrompu par Neo qui vient chercher des noises encore, le provoquant pour qu'il explose et qu'il lui refasse le portraits, cela lui permettra sans doute de faire passer Ezeckiel pour quelqu'un de violent. Mais parce que Lily est là, derrière lui, il ne dit rien et baisse la tête, encaissant les insultes et les horreurs que le père de la petite fille lui crache au visage. Il est horriblement jaloux et bouffé par l'orgueil, c'est effrayant à voir tant il en deviendrait agressif à l’extrême.

En revanche si il le frappe, Ezeckiel ne se laissera pas faire. Heureusement Neo a la bonne idée de s'arrêter lorsque Ana vient vers eux, interrompant ce moment humiliant pour le musicien qui a la tête baissée. Sa femme l'attrape par la nuque et lui vole un baiser enflammé qu'il lui rend, timidement. « Excuse moi... La fatigue. J'ai pas eut le temps de réagir. » Il hoche la tête, ne lui en voulant plus pour son manque de réaction finalement. Neo vient vers elle mais elle le repousse, Ezeckiel ne dit rien, laissant faire la belle pour une fois.n« Ne t'avise pas de venir critiquer ma vie aujourd'hui, Néo. Ni Ezeckiel. Ni Lily. Je ne veux plus entendre un seul mot insultant de ta bouche, ou j'en réfèrerai à mon avocat. » Un sourire satisfait illumine le visage du musicien, comprenant qu'elle est là et qu'elle ne lui en veut pas, qu'elle le soutien malgré le geste déplacé qu'il a eu. « Il est violent, l'avocat le saura aussi. » « Il ne l'est pas plus que toi. Sors de ma vie... » Neo ajoute qu'il trouvera un moyen de récupérer la petite fille, ce qui provoque un magnifique doigt d'honneur de la part d'Anastasia alors que Lily affiche une expression choquée. Elle est violente sa mère quand elle est en colère, il est bien content que cela ne soit pas dirigé vers lui. Finalement Neo, comprenant qu'il a perdu, tente de dire au revoir à tout le monde ainsi qu'à sa fille qui, d'un Non ferme et définitif fait comprendre qu'elle ne veut pas lui parler. Finalement ils rejoignent la voiture alors que Neo rentre chez ses parents, serrant les poings et les dents car même son propre enfant est contre lui. Ezeckiel est rassuré, au moins Lily c'est affirmée et on sait maintenant qu'elle n'a pas appréciée elle non plus le petit éclat de voix qu'ils viennent d'avoir. Mais il se sent toujours humilié, la pilule a du mal à passer. Il va avoir besoin de quelques jours, ce n'est rien. Ana lui donne les clefs, il les prend et monte derrière le volant pendant que tout le monde s'installe. « Je suis désolée, Ez... » Elle le touche là où il saigne, il hausse les épaules, signalant que ce n'est rien. C'est là qu'il remarque qu'elle a un petit bout de verre planté dans la jambe, sans doute lorsqu'il a fait voler les assiettes et les verres. « Ca te fait mal ? Tu ... on doit faire soigner ca. » « J'ai l'habitude avec la boxe. Ne t’inquiète pas pour moi ! » Il se penche et ouvre la boite à gants, sortant une pochette de couleur rouge contenant un nécessaire de premier soin. Il l'ouvre et sort une gaze ainsi qu'un désinfectant. « Allonge le siège. Je vais m'occuper de toi. » Dit-il et, alors qu'elle lui obéi, il prend la pince à épiler stérile et ôte le petit morceau de verre qu'elle a dans la jambe.

Il lui passe aussitôt la compresse avec le désinfectant et, alors qu'il appui bien pour que le sang arrête de perler, il sort un pansement et panse la plaie, doucement pour ne pas lui faire mal. « Heureusement que tu es arrivée. » Dit-il en faisant référence au moment où elle est intervenue pour calmer Neo. « Je l'aurais massacré. Je me retenais mais... Ca n'aurait pas duré longtemps. Tu n'imagines pas ce dont je suis capable. » Dit-il en rangeant la trousse de secours et en l'invitant à relever le siège. Un rapide coup d’œil à l'arrière pour s'assurer que Lily va bien, elle somnole déjà, éreintée par ce repas qui a dévoré l’énergie de tout le monde. « Mc Do où Pizza chaton ? » Dit-il en regardant Lily par le rétroviseur. « Pizza ! Avec le fromage dans la croûte ! » Il hoche la tête et sourit avant de démarrer. « Et toi ? Tu n'as pas faim ? » Ils roulent un peu, pas longtemps, juste assez pour que Lily s'endorme et qu'un silence doux s'installe entre eux. « Il veut te récupérer et il sera prêt à tout pour ça. » Dit-il en fixant la route, imperturbable. « Tes parents avaient prévus de le faire venir tu crois ? »



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Sam 28 Mai - 19:59

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
Elle trouve le calme de l'habitacle avec joie. Ezeckiel fulmine encore, et sans doute cela durera-t-il quelques instants avant qu'il n'arrive à contrôler sa colère envers Néo. Anastasia a le sentiment de la sentir par vague envahir l'espace de la voiture. Elle ne dit rien, inspirant profondément pour calmer les battements de son coeur. Elle se sent épuisée soudainement. Quand elle va chez sa mère elle est constamment sous tension, son corps tendu à l'extrême dans l'attentes des critiques et des sarcasmes qui ne tardent jamais bien longtemps. Elle subit, sans rien dire en général, dans la peur de faire quelque chose qu'elle pourrait regretter. C'est pour cela qu'elle ne vient que rarement, souvent pour les fêtes, ou lorsque ses grands parents sont présents pour canaliser ses affects. Mais cette fois elle regrette sa décision, c'était stupide. Et avec sa grossesse elle se sent à bout de forces. Expirant, essayant de retrouver son nerf et de contenir ses émotions, elle se tourne malgré tout vers Ezeckiel et s'excuse pour sa blessure. Responsable, s'il en faut, du comportement de Néo. « J'ai l'habitude avec la boxe. Ne t’inquiète pas pour moi ! » Elle grimace malgré tout, désolée de le voir blessé. Elle ne sait pas s'il souffre, mais elle espère bien que non. La colère qu'elle ressent pour Néo est bien encrée en elle aujourd'hui, et chacun de ses gestes la font réagir avec plus de violence encore. Si elle s'écoutait elle lui ferait mal. Terriblement mal. En réalité, si elle n'a encore rien fait contre son ex, c'était sans doute parce qu'elle n'avait pas décidé de la meilleure manière de le faire redescendre de son piédestal.
Alors qu'elle est perdue dans ses pensés, fixant le vide, elle se sent compte qu'Ezeckiel s'est penché sur elle,fouillant dans la boite à gant, quelques secondes. Perplexe, elle ne dit rien, se tournant un temps vers Lily qui semble aussi vouloir se remettre de cette altercation. Elle grimace; elle en voulait d'autant plus à Néo de n'avoir pas su tenir son rôle d'adulte devant leur fille. « Allonge le siège. Je vais m'occuper de toi. » Elle voit qu'il a sortie une trousse de premier secours, et la piqure de sa jambe se réveille soudainement. Le verre y est encore coincé, et elle grimace. « Ce n'est pas grand chose. » Il repousse ses protestations du revers de la main, et elle s'allonge alors, lui tendant la jambe avant qu'il n'en ressorte le bout de verre. Sa fille lui demande si elle va bien d'une voix terriblement inquiète, et Anastasia se contente de lui sourire, caressant sa joue. L'enfant n'est pas convaincue, mais qu'importe, rien ne pourrait la rassurer pour le moment.

Elle se redresse, Ezeckiel démarre, et les voila parti. Anastasia constate qu'il a désinfecté sa plaie, et lui a mis un pansement. Ca la fait sourire. Même en colère contre le monde, fulminant terriblement, et les poids serrés il trouvait le moyen d'être tendre et attentif avec elle. Amoureux, à n'en pas douter. « Heureusement que tu es arrivée. » Sinon tu aurais pu aller bien plus loin qu'une arcade sourcilière pétée. pense-t-elle en grimaçant. Elle n'ose lui demandé, mais il lui semblait que ce n'était pas la première fois qu'il se battait, et sa réticence accrue inquiétait Anastasia. Comme quelqu'un qui se savait capable de tout. Elle tourne le regard vers l'arrière de la voiture, où la tête de Lily dodeline dangereusement, bercée par les mouvements de la voiture. « Je l'aurais massacré. Je me retenais mais... Ca n'aurait pas duré longtemps. Tu n'imagines pas ce dont je suis capable. » Elle ne répond pas. Pas tout de suite. Cette conversation elle tient à l'avoir, mais pas alors que Lily risquerait de les entendre. Elle fixe plutôt la route, le coude reposant sur le rebord de la fenêtre, la main dedans, comme si le poids du monde lui pesait soudainement. Elle soupire profondément, ferme les yeux, et se laisse bercée, se rendant compte qu'ils retrouvent leur bulle de confort. Elle en est heureuse.
Elle en tend à peine la question d'Ezeckiel et la réponse de Lily. Elle souhaite retourner dans leur appartement, et oublier ce qu'il vient de se passer. Les caresses de Néo, les regards de son beau-père, la drague de sa mère. Bande d'enfoirés. « Et toi ? Tu n'as pas faim ? » Elle secoue la tête. « J'ai l'appétit coupé. J'me cuisinerai un truc plus tard, t'en fais pas pour moi. » Son maigre repas avait bien du mal à passer, et elle avait peur d'être malade plus tard. Elle préférait s'abstenir pour le moment, et passer son tour. Elle re-mangera le soir venu - peut être - si elle se sentait mieux. Le silence retombe alors qu'il prend la direction du Domino's Pizza du centre ville. Elle le laisse faire, un peu déconnectée, des questions et des inquiétudes tournant dans son esprit. Elle s'y perd, somnolant sans vraiment s'en rendre compte. « Il veut te récupérer et il sera prêt à tout pour ça. » Elle sursaute sous la déclaration, se tournant vers Lily qui s'est endormie, se re-concentre sur Ezeckiel, mettant du temps à comprendre de quoi il en retournait. « qui ... ? » Stupide, la réponse lui vient directement. « Néo. Non je... Il a besoin de Lily pour avoir l'héritage de son père. « Se voiler la face est bien plus simple, refusant de voir dans les gestes de Néo autre chose qu'une manigance pour mettre Ezeckiel hors de lui. « Tes parents avaient prévus de le faire venir tu crois ? » Inutile de lui mentir sur ce point par contre. « Je n'en doute pas. Ma mère en tout cas devait le savoir, au vue de sa pseudo-scène-théâtrale-de-bienvenue. » Lâche-t-elle entre ses dents. « Désolée pour son comportement de groupie, j'aurai dû te prévenir. J'crois qu'elle est du genre cuisse légère quand elle voit quelqu'un de connu. »  Que ce soit Ezeckiel ou un autre. Elle grimace, soupire, alors qu'ils arrivent devant le Domino's Pizza. Il passe par le côté drive et attendent leur tour. Pendant qu'Ezeckiel commande elle garde le silence, et ne reprends la parole que lorsqu'ils attendant pour payer et avoir leurs pizzas. « Jusqu'où tu aurais pu aller, Ez ? Tu... tu as déjà perdu le contrôle n'est-ce pas ? Racontes moi. » Dit-elle après s'être assurée que Lily dormait encore, épuisée.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Jeu 2 Juin - 14:54

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Sans parler du fait qu'il est profondément blessé dans son orgueil et qu'il aura du mal à avaler la pilule, il sent que l'humiliation est douloureuse, que son cœur souffre d'avoir été traîné dans la boue de la sorte. Sa fierté d'homme, de rockeur et de futur père a pris un tel coup que pendant plusieurs minutes il rumine dans son coin, conduisant sans rien dire à Ana et la laissant somnoler après ce qu'ils viennent de vivre. La rencontre a été folklorique et nul doute que cela restera dans un domaine unique, Ezeckiel ne veut pas revoir ses beaux-parents et son enfant ne leur sera peut-être pas présenté si c'est pour que cela déraille à ce point. Il refuse que son enfant soit traité comme Lily, d'ailleurs il n'acceptera as longtemps que la petite fille soit ainsi malmenée par ses grands-parents. Elle ne mérite pas cela, c'est tout, et son père qui joue au dur mais qui n'est pas capable de remettre tout le monde à sa place. Un lâche, tout simplement. Il pense à cela et son humeur devient plus noire encore, luttant contre l'envie de faire demi-tour pour lui coller son poing en pleine face et lui refaire le portrait. Il ne doit pas, Neo se ferait passer pour la victime de toute façon, il n'est bon qu'à ça au final. Jouer un rôle. Enfin il arrive au Domino's Pizza après avoir proposé à Ana de grignoter quelque chose, elle refuse et lui dit qu'elle se fera quelque chose à la maison si l'envie lui prend. Ezeckiel hoche la tête mais commande tout de même quelque chose pour elle, trois pizzas, au moins ils en auront pour demain midi si ils ne dévorent pas tout ce soir. Il ajoute à cela trois glaces, deux au chocolat et une à la fraise pour Ana qui n'aime ni le chocolat, ni le caramel. Il est enceinte et il connaît ses fringales nocturnes, elle est capable de se lever cette nuit avec l'envie de tout dévorer. Il paye avec sa carte et attend la commande, tranquillement alors que Lily dort déjà. Ana lui demande pardon pour sa mère et son comportement de groupie. « J'ai l'habitude ça aussi. » Dit-il en laissant un soupir lui échapper. « Comme si elle pouvait m'intéresser. »

Crache Ezeckiel d'un air mauvais en posant sa tête sur le repose-tête de la voiture. Il est épuisé d'un coup, une fatigue dingue l'assomme, il sent que tout ceci lui a dévoré toute énergie. « Ce n'est pas uniquement Lily qu'il veut. » Dit-il en se tournant vers Ana et en lui adressant un petit sourire triste. Elle n'a pas conscience des regards de Neo sur elle, l'amour et le désir qu'il pose encore sur son corps. Cela fait monter une colère sourde en lui alors il détourne le regard et se concentre sur autre chose. Il souffle plusieurs fois, ce n'est pas le moment de laisser la jalousie prendre le dessus. « Jusqu'où tu aurais pu aller, Ez ? Tu... tu as déjà perdu le contrôle n'est-ce pas ? Racontes moi. » Il la regarde et baisse la tête, refusant d'affronter encore son regard. Il a honte de ce qu'il a fait, de son passé, de ses gestes. « On parlera de ça à la maison. » Dit-il en désignant Lily d'un coup de tête. Finalement on leur donne leur pizza, Ezeckiel attrape le tout et le donne à Ana. Sans rien ajouter, il redémarre et roule jusqu'à la maison, dans un silence presque lourd. Enfin il se gare devant chez eux et se tourne vers la femme qu'il aime avec un sourire. « Tu prends les pizzas, je porte Lily ? » La petite fille dort en ronflant légèrement. Il sort de la voiture et fait le tour pour prendre Lily dans ses bras et après que Ana ai ouvert la maison, il rentre et se dirige directement vers la chambre de la petite fille. Il la dépose doucement sur le lit et la recouvre d'une couette chaude. Au moins elle fait la sieste, preuve que tout ceci l'a épuisé. Enfin il rejoint Ana dans le salon et se laisse tomber dans le canapé avec un soupir de lassitude. « Tu es bien sure de vouloir savoir si j'ai un jour dépassé les bornes ? » Dit-il sans ouvrir les yeux mais en laissant tomber sa tête en arrière. Il se passe une main sur la nuque, les nerfs tendent ses muscles et lui donnent des petites crampes. « Tu vas fuir si je te raconte tout. » Dit-il en l'invitant à venir s'asseoir à ses côtés en tapant sur un coussin proche de lui.

Quelque chose lui hurle de parler, de tout dire et pourtant, il sait que c'est son plus grand secret, que si Ana parle elle peut massacrer sa vie, mettre fin à sa liberté. Il sait qu'il doit le lui dire, cela le ronge de plus en plus. Il a besoin d'en parler à quelqu'un et pourtant, cela pourrait l'envoyer directement sous les barreaux. Mais il doit se confier la culpabilité est trop forte. « C'était une période difficile... Avery venait d'être violée... Je savais qui c'était. » Il arrête de parler et regarde Ana après avoir vérifié d'un regard, que Lily n'est pas revenue dans le salon. « J'ai... Retrouvé l'homme qui l'avait violée. Il s'en souvenait, il s'en vantait devant moi. Je voulais le dénoncer à la police, que les choses bougent. Mais nous nous sommes rapidement accrochés et... Sous la colère et la rage... Je l'ai frappé. A mort. » Il baisse la tête, refusant de regarder Anastasia une seconde de plus. « Je me suis débarrassé du corps. Je n'avais pas de remord à avoir tué un homme violent, un violeur dangereux qui se vantait de pouvoir recommencer. » Il prend une bouffée d'air, difficilement. « Tu tiens ma vie... Notre vie entre tes mains. Un mot de toi et je finis en prison pour le reste de mes jours. » Et il ajoute quelques mots, prenant conscience de ce qu'il dit en même temps. « Où tu pourrais me quitter. »



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Jeu 2 Juin - 19:53

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
« Ce n'est pas uniquement Lily qu'il veut. » La réponse claque avec une amertume qu'Anastasia ne saisit pas. Elle n'a peut être pas fait attention - bien que cela serait étonnant - mais elle ne peut pas croire que Néo ressente encore ce genre de choses pour elle. Dans l'esprit de la jeune femme s'il n'a pas fait l'effort de lui revenir durant les dix dernières années c'est qu'il n'y trouvait pas là le moindre intérêt. Parce qu'elle ne lui plaisait plus, parce qu'il n'avait plus de sentiments pour elle, alors qu'elle cristallisait les siens dans une promesse terriblement romantique - romanesque même car totalement illusoire. Elle ne peut pas croire que Néo la désire encore, qu'il souhaiterait reprendre une relation qu'il a royalement ignoré durant la dernière décennie - sans qu'ils n'en aient vraiment parlé du reste. Anastasia ne comprend pas le comportement de son ex-amant, mais elle ne peut pas le voir autrement qu'à la manière d'un traitre, d'un putain d'enfoiré. Sa colère est encore trop cuisante, et son comportement vis-à-vis d'Ezeckiel ne l'arrange pas.
Un comportement qui lui a permis d'entrevoir quelque chose de nouveau chez son petit ami. Une chose qu'elle n'avait encore jamais vu - ou alors qu'elle avait omis pour se prouver qu'il était un homme bien. Pas qu'elle en doute, elle ne pouvait pas croire qu'elle était amoureuse du mauvais gars pour la seconde fois. Ezeckiel était quelqu'un de bien. Il était tendre, attentif, et passionné avec Lily et elle. Il s'était donné à elles avec toute sa confiance aveugle, et ses bons sentiments, leur offrant tout ce qu'elles désiraient avant même qu'elles demandent. Jouant le rôle de grand frère protecteur - de père présent - pour Lily qui en avait grandement besoin. Il avait offert à Anastasia une stabilité financière et affectif, lui promettant de rester à ses côtés. Alors face à toute cette générosité et cette bonté elle ne pouvait pas croire qu'il était un véritable enfoiré. « On parlera de ça à la maison. » Elle grimace, mais ne rétorque pas. Un coup d'oeil vers Lily lui fait comprendre la réticence de son homme. Et l'angoisse aussi. Elle passe le reste du trajet murée dans son silence, se demandant ce qu'Ezeckiel avait à lui révéler.

Ils passent prendre le repas - et une fois encore il lui prend quelque chose alors qu'elle ne le désirait pas, prenant encore soin d'elle - et arrivent rapidement à l'appartement. Là, Anastasia prend le repas, alors qu'Ezeckiel se penche pour se saisir de Lily qui s'est endormie profondément - épuisée par sa semaine et le repas. Sans dire un mot, le couple rejoint l'appartement qu'Anastasia ouvre tant bien que mal, alors que son amant entre à sa suite pour guider Lily jusque dans sa chambre. Ghost entre à sa suite, et va rejoindre l'adolescente pour dormir aussi à ses côtés - encore couvert de boue. Grimaçant, Anastasia note mentalement qu'elle doit aller lui donner un bain tantôt. « Tu es bien sure de vouloir savoir si j'ai un jour dépassé les bornes ? » La voix d'Ezeckiel la surprend, et elle se tourne pour constater qu'il est assis dans le canapé. Faisant un rapide geste de la tête, elle porte les pizzas dans le four, et les glaces au congélateur avant de le rejoindre. « Tu vas fuir si je te raconte tout. » Il lui tend la main et elle la saisit pour s'asseoir en face de lui, calmement. « Laisse moi en juger. » Sa bouche est sèche, et elle se rend compte qu'elle a terriblement soif, mais elle n'esquisse aucun geste pour se lever, ne désirant pas voir Ezeckiel se braquer ou finalement décider de ne rien lui dire.

L'ambiance est lourde, tendue, et la jeune femme n'arrive pas à réprimer l'angoisse qui la saisit, se demandant ce qu'il y avait de si grave pour qu'il soit à se point crispé. « C'était une période difficile... Avery venait d'être violée... Je savais qui c'était. » Avery, elle s'en souvient. Un amour perdu, sans doute le premier aussi fort pour son amant. Elle le comprend, elle l'a acceptée, et elle compati à la douleur de cette jeune femme qui a connu ce qu'il y a de pire pour une femme. Le viol c'est bien l'un des crimes qu'Anastasia exècre le plus. Elle tuerait tous ces pervers sexuels. Son amant regarde ses mains, honteux, et elle ne dit rien pour l'arrêter, elle n'esquisse pas de gestes, décidant que c'était la meilleure chose à faire. « J'ai... Retrouvé l'homme qui l'avait violée. Il s'en souvenait, il s'en vantait devant moi. Je voulais le dénoncer à la police, que les choses bougent. Mais nous nous sommes rapidement accrochés et... Sous la colère et la rage... Je l'ai frappé. A mort. » A mort. Elle fronce les sourcils, ne comprenait pas tout de suite ce qu'il insinué. L'expression est sans doute maladroite, mais elle n'est pas choisie par hasard. Il faut deux secondes d'intense réflexion à Anastasia pour comprendre : Ezeckiel l'a tué. Elle sursaute encore à cette révélation et ses yeux s'expulsent sous la surprise, elle contient une expression choquée en posant sa main devant sa bouche, et sa respiration se coupe. Non. « Je me suis débarrassé du corps. Je n'avais pas de remord à avoir tué un homme violent, un violeur dangereux qui se vantait de pouvoir recommencer. » ... Elle ne sait quoi en penser. Blême, elle a esquissé un geste de recul, et regarde son amant sans vraiment le voir, le choc se lisant sur son visage. Elle a besoin d'air. Il inspire profondément, elle en fait de même. Sans doute pas pour les mêmes raisons.

« Tu tiens ma vie... Notre vie entre tes mains. Un mot de toi et je finis en prison pour le reste de mes jours. Ou tu pourrais me quitter. » Non. Elle ne voulait pas de cette responsabilité. Sa tête était vide, les mots tournant sans qu'elle les saisisse. Elle ne sait pas ce qu'elle doit dire, ce qu'elle doit faire. Son coeur bat durement dans ses tempes. Ezeckiel avait tué un homme. Ezeckiel si doux, tendre, attentionné et aimant. Ezeckiel, le père de son enfant. Protectrice, elle pose une main sur son ventre, regardant dans le vide. Ezeckiel était-il si éloigné de l'image qu'il lui donnait ? Etait-elle tombée amoureuse d'un meurtrier ? L'idée était risible, elle ne pouvait pas y croire. « Je... » Elle ne dira rien pour le perdre. Egoïste. Mais était-il encore aussi dangereux ? Il avait fait la justice lui-même, il avait tué un homme qui avait commis un crime atroce. Mais pouvait-on pardonner à un homme d'en tuer un autre parce qu'il faisait justice ? Le meurtre en était-il moins grave ? Sans doute. Elle ne sait pas.
Tendue, elle se lève, et commence à faire les cent pas devant lui. « C'était... enfin... Tu... » Elle s'arrête, regarde pas la fenêtre, la journée a bien avancée, le ciel est haut dans le ciel et pourtant elle a l'impression qu'il fait plus sombre. Elle inspire profondément. « Quand ? Tu ne l'as jamais dit ? Tu... tu regrettes n'est-ce pas ? Pourquoi n'avoir rien dit ? » La réponse était évidente, mais un aveu de culpabilité lui semblait être une preuve suffisante pour prouver que son homme n'était pas dangereux. Pas à ce point.

Avait-elle laissé le loup entrer dans sa bergerie alors qu'elle faisait tout pour se protéger et protéger Lily depuis dix ans. Et leur enfant? Tout cela était trop pour elle et les larmes lui montaient aux joues. « Tu pourrais le faire à Néo ? Tu pourrais ... Tu pourrais... » Tuer à nouveau ? Les sanglots lui coupent les paroles, alors qu'elle se tourne vers lui, apeurée soudainement à cette perspective. « Dis moi que tu te contrôle. Que c'était une erreur. Un autre toi... Ce... Tu es... c'est si... Tu n'es pas comme ça. » Elle ne le comprenait pas. Cette vision était insensée.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Ven 3 Juin - 18:03

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Elle sait tout. Du plus gros secret qu'il cache en lui depuis des années, de ce qui parfois l’empêché de dormir et ce qui le pousse à refuser tout contact humain de peur qu'un jour quelqu'un ne découvre son horrible meurtre. Elle sait tout et tient son avenir, leur avenir entre ses mains. Quelques mots et il se retrouve en prison, quelques mots et leur enfant grandi sans père, Lily sans beau père, elle sans amour. Quelques mots et sa vie est ruinée ainsi que sa réputation, celle de son groupe et sans doute la vie de sa sœur et de sa famille. Un mot et elle décide si il a droit à la liberté où au noir total dans une cellule miteuse dans une prison sale. Il vient de tout lui dire, tout expliquer sur son plus grand secret, ce qui le pousse à refuser toute bagarre et tout geste de violence envers un autre être humain. Simplement car il ne sait pas si la colère pourra rester à sa place, tel un sentiment qu'il doit contrôler et non plus quelque chose qui le force et le pousse à tuer. Elle sait tout et il prend peur, la moindre couleur quitte son visage alors qu'il se met à trembler en réalisant qu'elle peut décider de son avenir à l'heure actuelle. Il ne dit rien et attend, elle ne parle pas, le silence est terriblement lourd dans la maison. Ana semble retenir sa respiration, comme si elle attendait une annonce d'une mauvaise blague mais rien ne vient, il est sérieux. Malheureusement. « C'était... enfin... Tu... » Il ferme douloureusement les yeux et refuse de la regarder, il ne veut pas voir la peur et le dégoût dans le regard pourtant si amoureux de cette femme, habituellement elle le regarde avec tendresse et amour mais aujourd'hui, il sait qu'il lui fait peur. Et il ne veut pas voir cela chez elle. Elle est débout et fait les cents pas, lui fixe toujours ses mains d'un air terriblement absent. Elle s'arrête devant la fenêtre, le temps semble être plus sombre et pourtant c'est uniquement une illusion il le sait, le temps reflète son humeur actuelle. « Quand ? Tu ne l'as jamais dit ? Tu... tu regrettes n'est-ce pas ? Pourquoi n'avoir rien dit ? » Il sursaute et relève la tête vers elle. « Parce que je tenais à ma liberté Ana. » Dit-il en haussant les épaules. « Comment crois-tu que cela aurait terminé ? J'aurais été envoyé en prison... Pour avoir fait justice moi même. A l'époque j'avais le sang pollué par toutes les conneries que je m'injectais à longueur de journée. J'aurais fini sous les barreaux. » Il s'explique comme il peut sans pour autant se chercher des excuses.

« Et oui je le regrette. Évidemment. » Dit-il comme si ce genre de question ne pouvait même pas se poser. « Tu pourrais le faire à Néo ? Tu pourrais ... Tu pourrais... » Sa gorge se tord et un sanglot lui échappe alors qu'il se lève précipitamment et qu'il s'approche d'elle doucement. Il lève ses mains vers elle et, tendrement, les poses sur ses épaules. « Non. Ce... Je ne suis pas capable de tuer quelqu'un comme ça... Ce soir là... Ce n'était plus moi. Je venais de perdre Avery, il lui avait volé la moindre innocence, il menaçait de recommencer. Je ne suis pas d'une nature violente mais ce soir là c'était... » Il s'arrête et baisse la tête, lâchant Anastasia par la même occasion. « Rien n'explique. Je n'ai pas de mots. » De toute façon il peut dire ce qu'il veut, rien n'explique, rien n'excuse, rien ne peut permettre de comprendre ce geste. « Dis moi que tu te contrôle. Que c'était une erreur. Un autre toi... Ce... Tu es... c'est si... Tu n'es pas comme ça. » Il hoche vivement la tête de gauche à droite tout en venant la regarder. « Je ne suis pas une bête violente Ana. Je me contrôle évidemment... » Dit-il en glissant ses mains dans ses poches. « Juge moi. Frappe moi. Demande moi de partir... Je ne sais pas. Peut-être que tu veux en rester là après ce que je viens de te dire. Dénonce moi même... J'accepterais la moindre de tes décisions sans broncher. » Car il l'aime et si elle juge qu'il doit finir sa vie sous les barreaux alors il ne dira rien et acceptera. Parce qu'après tout il doit payer pour ce qu'il a fait, il ne mérite rien d'autre. Mais il ne sera jamais capable de se dénoncer tout seul. Il est terriblement lâche.



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Ven 3 Juin - 22:02

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
Elle n'arrive plus à penser avec cohérence, elle n'arrive pas à comprendre ce qu'il se passe, ce qu'il tente de lui expliquer, ce qu'il lui a avoué. Elle n'aurait jamais pensé qu'il lui cachait ce genre de chose. Elle aurait pu comprendre ... une famille cachée, ou une possible overdose, ou même qu'il fut témoin d'une chose horrible. Sans doute lui aurait-elle sourit avant de l'embrasser doucement. Mais là, il lui annonçait qu'il avait tué quelqu'un. Un violeur, sans doute qui l'avait mérité - n'avait-il pas dit qu'il aurait recommencé ? - mais malgré tout il avait tué quelqu'un. Et le sens morale d'Anastasia avait du mal à l'accepter, à même accepter l'idée. Elle regarder Ezeckiel, son regard doux et meurtri, ses lèvres pincées, son corps tendu dans une tension extrême. Il se retenait sans doute de partir en courant, de hurler, ou de pleurer. Elle aurait peut être aimé qu'il pleure. Elle aurait aimé pouvoir pleurer, mais ses yeux étaient secs. Sa bouche aussi. Elle ne comprenait pas, et rien n'était pire que de sentir son esprit engourdit de la sorte. Alors elle tenta de rassembler ses pensés en quelques questions cohérentes. Pourquoi n'avoir rien dit ? « Parce que je tenais à ma liberté Ana. » Elle frissonne à cette réponse qui sonne terriblement égoïste - et ce type aurait aimé être vivant pour faire du mal à d'autres filles. Putain, comment ne pas le comprendre ? Comment ne pas penser qu'elle aurait peut être agi de la sorte également si elle avait été à sa place ? « Comment crois-tu que cela aurait terminé ? J'aurais été envoyé en prison... Pour avoir fait justice moi même. A l'époque j'avais le sang pollué par toutes les conneries que je m'injectais à longueur de journée. J'aurais fini sous les barreaux. »   Un autre temps. Un autre lui-même. Il n'était plus cet homme là, il avait changé, il avait... Il avait tué un mec et cela lui avait fait comprendre qu'il était sur une mauvaise pente. N'est-ce pas ? Elle sembla réaliser qu'une telle chose était plausible. Que perdre Avery l'avait blessé, certes, mais que tuer l'avait changé. Car c'était bien cela : il avait tué quelqu'un. Il était un criminel au même titre que le mec qu'il avait assassiné. Putain, sa gorge se serrait à cette pensée, et elle décida de l'oublier. Elle n'avait pas le droit de penser de la sorte, que ce soit la vérité ou pas. Une vérité peut être trop objective. Une pensée trop cohérente. Elle ne pouvait pas faire abstraction de tout le reste : sa douleur, Avery, les menaces. Une légitime défense. Il avait défendu la femme dont il était amoureux - et penser ainsi la rassurait. « Et oui je le regrette. Évidemment. » Elle hoche la tête.

Mais elle n'arrive pas à se calmer encore, c'est trop soudain. C'est... et Néo ? Il se lève, la touche, et elle ne peut pas réprimer un sursaut et un frisson qui la saisit. Pourquoi ? Parce que sa main est froide sur sa peau brûlante d'une fièvre inquiète ? Parce qu'elle ne s'attendait pas à l'avoir si proche ? Parce que ces mains ont ôté une vie... Elle grimace. Il recule. Et elle sent un froid plus intense encore la saisir. Ne pars pas. « Non. Ce... Je ne suis pas capable de tuer quelqu'un comme ça... Ce soir là... Ce n'était plus moi. Je venais de perdre Avery, il lui avait volé la moindre innocence, il menaçait de recommencer. Je ne suis pas d'une nature violente mais ce soir là c'était... » Trop. Trop dur. Trop soudain. Trop violent. Trop inhumain. Inhumain. « Rien n'explique. Je n'ai pas de mots. » Elle inspire profondément, déglutit plusieurs fois pour parer à la sècheresse de sa gorge, et inspire profondément. « Je comprends. » Murmure-t-elle, sachant que c'était vrai. Elle saisit une bride de cohérence dans cette histoire. Cela avait été trop, et face à l'inhumain il avait réagi avec instinct. Instinct animal. Instinct de protection. Pour Avery. Pour les autres. Il a agit comme un héros, un justicier. Un putain de super héros comme dans les films.
Peut être que ce qui la gênée plus c'était l'idée qu'il ait caché un corps avec toute la minutie d'un meurtrier. Elle a besoin d'être rassurée. Elle a besoin de revoir son homme, pas uniquement sa perte de contrôle. Elle a besoin de le voir tel qu'il est, pas pour ce qu'il a fait. « Je ne suis pas une bête violente Ana. Je me contrôle évidemment... » Elle lui fait face à nouveau, et remarque qu'il se tient loin d'elle, inquiet, les mains dans les poches, et le visage baissé. Cette vision lui tord le ventre. Mais elle ne bouge pas. Elle ne peut pas encore. Elle inspire profondément, le choc passant. L'adrénaline lui fait tourner la tête, et elle s'adosse à la fenêtre du salon pour garder son équilibre. « Juge moi. Frappe moi. Demande moi de partir... Je ne sais pas. Peut-être que tu veux en rester là après ce que je viens de te dire. Dénonce moi même... J'accepterais la moindre de tes décisions sans broncher. » « On va avoir un bébé. » Lâche-t-elle comme si cela explique tout. Le fait qu'elle ne crie pas, qu'elle ne veuille pas partir, ni le voir disparaitre. Le fait qu'elle n'ait pas encore appelé les flics - alors que trois mois auparavant elle l'aurait sans doute fait - ou encore le fait qu'elle refuse de le juger, de trop y réfléchir, de trop penser aux termes de cette révélation. Elle veut juste... Elle... Elle inspire profondément encore une fois. « Laisse moi... J'ai juste besoin d'assimiler. Je ... je comprends. C'était trop. C'était juste trop de te retrouver face à quelqu'un d'inhumain, de dangereux, quelqu'un qui... qui avait détruit celle que tu aimais. » Lâche-t-elle, parlant rapidement, comme si l'émotion risquait de l'envahir, et en somme elle sentait les larmes qui arrivant, la crise d'angoisse risquait de la submerger. « Tu as pas agis comme un criminel, tu as agis comme un putain de super héros, comme un putain de justicier - pas que ca ait été bien... ou mal. Qu'importe. Je comprends. Je veux pas te juger et ... Je comprends simplement. » Les larmes la prenaient à la gorge maintenant, et sa voix était coupée de soubressauts. Elle inspira, mais les larmes ne venaient pas. Elle sentait qu'elle manquait d'air.
Elle se raccrocha à son ventre, le souffle court, se sentant paniquée parce qu'elle n'arrivait pas à trouver ni les mots, ni le souffle. « Je veux... Reste... juste re... reste. Ezeckiel j'ten pries.... Pars pas. Nous laisse... pas. Du temps... je.... Aide moi... » elle n'arrive plus à respirer, elle ne savait pas quoi faire. C'était trop, tout simplement. C'était trop.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Dim 5 Juin - 19:28

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
Il ne bouge plus, ne dit rien, attend simplement la sentence qui peut tomber à tout moment mais pourtant Ana ne semble pas le juger. Où alors tout son esprit lui hurle de fuir et ça Ezeckiel ne pourra pas lutter, il n'est pas dans sa tête et ne sait pas à quoi elle pense. Elle est là, simplement là et attend qu'il lui annonce peut-être quelque chose de plus gros où qu'il avoue que c'est une blague. De mauvais goût certes mais tout de même. Pourtant ce n'est pas une farce, il a vraiment tué un homme et si il devait le refaire il le referait sans doute, car il a peut-être empêché plusieurs agressions en ôtant la vie de cet homme ce soir là. Il ne sait pas, il ne le saura jamais. Il se vantait de recommencer et nul doute qu'il l'aurait fait, profiter des jeunes filles sans défense qui avaient trop bus, tout comme il l'a fait à Avery sans plus chercher. « Je comprends. » Non. Elle ne comprend pas, elle ne pourra jamais comprendre ce qu'il a en tête et ce avec quoi il vit depuis ce soir là. Il a ôté la vie de quelqu'un, d'un homme, d'un violeur certes mais il a fait justice lui même et il ne se passe pas une journée sans qu'il n'y pense. Tous les jours il se lève en se demandant si c'est sa dernière journée de liberté, si quelqu'un l'a vu, si quelqu'un l'a dénoncé. Tous les jours il vit dans cet entre-deux horrible où il se demande si il va payer, si il est damné, si il va un jour brûler pour son crime. Et il attend une punition qui ne vient pas, car sa vie a été douce malgré ses excès de drogue, son existence a été tendre malgré ce qu'il a fait. Et il ne comprend pas. Pas alors qu'il va être papa, qu'il est en couple, que tout va bien au final.

Il est terriblement loin d'elle, lorsqu'il l'a touchée elle a sursauté et a reculée comme si il venait de la brûler. Il lui fait peur et peut-être qu'il la dégoûte maintenant, il ne sait pas. En tout cas cette réaction lui a fait terriblement mal et depuis il n'ose pas s'approcher. Il garde ses mains dans ses poches et attend simplement qu'elle lui annonce qu'elle part, qu'elle le quitte où qu'elle va aller tout raconter à la police. « On va avoir un bébé. » La réponse l'assomme une fois de plus alors qu'il se voûte encore, comme si il venait d'être frappé. « Tu ne diras rien juste pour notre bébé ? » Et pas parce qu'elle l'aime ? Qu'elle veut être avec lui ? Qu'elle ne le juge pas et tente de comprendre ? Il ne sait pas, toute sa tête est en feu et il sent la migraine pointer à l'horizon. « Laisse moi... J'ai juste besoin d'assimiler. Je ... je comprends. C'était trop. C'était juste trop de te retrouver face à quelqu'un d'inhumain, de dangereux, quelqu'un qui... qui avait détruit celle que tu aimais. » « Je ne t'ai pas touché Ana. » Dit-il pour répondre à son Laisse moi. Il ne peut pas dire que cela ne le blesse pas mais il comprend, il devait s'en douter de toute façon. « Tu as pas agis comme un criminel, tu as agis comme un putain de super héros, comme un putain de justicier - pas que ca ait été bien... ou mal. Qu'importe. Je comprends. Je veux pas te juger et ... Je comprends simplement. » Il hoche la tête de gauche à droite. « Je n'ai pas agis comme un super héros Ana. » Mais comme un meurtrier c'est tout, ne cherchons pas à expliquer ce qui ne peut pas l'être. Elle semble manquer d'air un instant et il comprend que ce n'était pas la bonne journée pour annoncer cela. C'est comme si elle faisait un début de crise de panique, aussitôt il se tourne et part chercher une chaise. « Je veux... Reste... juste re... reste. Ezeckiel j'ten pries.... Pars pas. Nous laisse... pas. Du temps... je.... Aide moi... » Il la pose derrière elle et lui fait signe de d'asseoir. Il part également chercher un verre d'eau qu'il lui apporte. Mais il ne veut pas rester loin d'elle alors il s'assoit par terre, en tailleur, refusant toujours de croiser son regard et de peut-être lire dans ses yeux de la peur, du dégoût. Ce serait pire que tout. « Je ne vais pas partir Ana. Jamais. Je devais seulement te le dire. Je te fais partager mon lourd fardeau pardonne moi. Mais personne n'a jamais su... Je n'en peux plus de garder cela pour moi depuis des années. Tu peux faire ce que tu veux... Si ta conscience te travaille, si tu as peur de moi... Je partirais. Je ne chercherais pas à me battre. Je vous laisserais tranquille. » Il est résigné, il sait qu'il est en tord, qu'il ne peut rien dire. Qu'aucun mot ne pourra effacer ce qu'il a fait et que plusieurs personnes seraient du genre à lui demander de partir. Il ne connaît pas la décision d'Ana et si elle lui demande de s'éloigner alors il acceptera, évidemment. « Respire... Je suis là. » Dit-il doucement en relevant enfin le visage pour la regarder. Il vient doucement poser sa tête contre les cuisses de sa femme, dans une position confortable comme si il lui demandait protection. « Je t'aime tellement... » Assez pour la laisser partir si elle le veut.



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 03/07/2015
☆ potins balancés : 608

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Mar 7 Juin - 20:08

le musicien toxico et la bâtarde
Ezeckiel & Anastasia
« Tu ne diras rien juste pour notre bébé ? » Non, bien sur que non. Il serait sans doute facile de lui répondre avec un sourire attendri, de le prendre dans ses bras, et de le bercer pour le rassurer. Sans doute s'il s'agissait d'un film hollywoodien où rien ne semble jamais aller à l'encontre de l'amour sans demi-mesure que les personnages se portent l'un à l'autre. Sans doute; mais Anastasia n'a jamais réussi à considérer la vie comme un film hollywoodien - ou plus depuis longtemps dirons-nous. Elle n'arrivait pas à lui dire des choses comme je t'aime évidemment, cela ne change rien. Parce que apprendre que votre homme est un meurtrier c'est le genre de truc qui change tout n'est-ce pas ? Elle ne sait pas, ne veut pas le croire. Elle a besoin de lui, elle l'aime avec beaucoup trop d'ardeurs pour le laisser partir. Et son ventre arrondi la torture à cet instant. Non, elle ne dit pas cela juste parce qu'ils vont avoir un bébé. Mais ça rentre dans ligne de compte. Ce n'est pas qu'une amourette de passage - si cela avait été le cas elle serait déjà chez les flics sans doute. ou l'aurait mis dehors sans chercher à comprendre ses sentiments, persuadée que le temps les emporter, et qu'au final il vaut mieux être seule.
Mais elle l'aime, beaucoup trop sans doute et la raison n'a plus rien à voir là-dedans. C'est autre chose. Alors quand il lui pose la question elle secoue la tête - non - mais elle ne peut rien dire de plus. Elle ne peut pas lui dire qu'elle l'aime. Pas encore. C'est trop tôt, le choc encore présent lui étreint la poitrine et l'empêche de respirer. « Je ne t'ai pas touché Ana. » Elle fronce les sourcils, sans comprendre. Elle cherche même pas à comprendre, pas ses paroles là en tout cas. Elle veut saisir le reste, réussir à être parfaitement lucide sur la question - ou à se fourvoyer avec assez de conviction pour y croire. Elle le tente, lui annonçant qu'elle comprend, et qu'au final il n'est pas tant meurtrier que justicier. « Je n'ai pas agis comme un super héros Ana. » Elle grince des dents, le foudroie du regard, comme pour lui annoncer que sa réplique n'attend pas de réponse. Il ne doit pas ... Il n'a pas le droit de lui annoncer ce genre de choses et de ne lui laisser aucune porte de sortie. Elle a besoin d'une putain de porte de sortie pour ne pas simplement le regarder et l'imaginer avec du sang sur les mains. Que ce soit celui d'un violeur ou non; l'innocence de sa victime ne comptait que peu en réalité. Pas alors qu'il a prit une vie. La vie d'un connard restait une vie, et la culpabilité était la même. Sentir la vie disparaitre sous ses coups, rien ne doit être pire - et plus terrible encore. « Tais toi. Juste... Tais toi. »  Demanda-t-elle d'une petite voix. Avant que la crise ne commence.

Incapable de respirer, elle restait appuyée sur le côté de la fenêtre, recherchant son air alors que l'angoisse la saisissait. Elle voulait l'accepter, elle voulait... peut être n'aurait-elle pas dû poser la question, et se contenter de ce qu'elle savait de lui. La curiosité est un vilain défaut, à n'en pas douter, et elle l'expérimentait enfin. Mais d'un autre côté elle avait toujours exigé de lui qu'il soit honnête, qu'il soit lui-même, et ne lui cache rien. Ils étaient à présent sur un pied d'égalité, sans rien pour les séparer l'un de l'autre - à part cette fâcheuse réalité. Elle sent qu'il s'active autour d'elle et rapidement elle se retrouve assise, avec un verre d'eau à la main. Elle inspire profondément - essaie du moins - et boit. De travers, tousse. Attend. Il s'assoit devant elle mais elle ne le voit pas. Elle doit respirer, plus doucement. Elle se concentre alors sur sa voix plus chaleureuse et tendre. Cette voix qu'elle aime. « Je ne vais pas partir Ana. Jamais. Je devais seulement te le dire. Je te fais partager mon lourd fardeau pardonne moi. Mais personne n'a jamais su... Je n'en peux plus de garder cela pour moi depuis des années. Tu peux faire ce que tu veux... Si ta conscience te travaille, si tu as peur de moi... Je partirais. Je ne chercherais pas à me battre. Je vous laisserais tranquille. » Elle remue la tête, inspirant doucement. Se calmant à mesure qu'il parle. Elle comprend. C'est pour cela qu'ils sont ensemble, c'est cela que ca implique aussi. D'être honnête, de tout partager. Même ces erreurs, ces défauts, ces... peurs. Ezeckiel lui donnait une responsabilité énorme, et elle était à présent capable de détruire sa vie. « Respire... Je suis là. » Elle secoue la tête une fois encore, sans réussir à retrouver son souffle. Elle reprend le verre d'eau et boit, alors que son homme vient poser sa tête sur ses genoux, dans un geste de pénitence.

Elle le voit, à cet instant. Avec toute sa vulnérabilité, se mettre à nu devant elle. Ca c'est bien cela. Il vient de se mettre à nue devant Anastasia, lui montrant tout ce qu'il avait de plus sordide, de plus terrible, de plus ... sa culpabilité suite des pores de sa peau, il la porte en lui comme une épée de Damocles. Il avait juste besoin qu'elle l'aide et le soulage. Il vivrait avec ca toute sa vie. Il le regrettait, et il faisait pénitence. « Je t'aime tellement... » Alors, elle pose le verre non loin, et vient caresser ses cheveux, tendrement, passant ses doigts sur son cuir chevelu pour le masser. « Je ne suis pas là pour te juger, ou pour te faire enfermer. Tu es conscient de tes actes et tu... Tu es quelqu'un de bien, Ezeckiel. J'ai beau avoir une morale assez stricte d'autres mériteraient ce châtiment. Pas toi. » Dit-elle d'une voix douce, calmée, savourant cette proximité bien étrange qui s'établie entre eux. « Je ne veux pas que tu partes. » Rajoute-t-elle avec plus de conviction dans la voix cette fois. « Ta place est ici. Nul part ailleurs. Tu ferais plus de mal en... je ferais plus de mal en te faisant partir. Je ne le souhaite pas. » Elle parlait d'une voix hachée, de plus en plus doucement. Inspirant profondément elle continue de le caresser, allant sur sa nuque qu'elle masse distraitement.

Elle sent les larmes couler sur ses joues sans vraiment avoir de sanglots. Simplement le passage d'une émotion bien trop cuisante à une autre. « C'est ton passé, Ezeckiel. Je... Tu as changé. Tu as fait amende honorable, non ? Je ne suis pas là pour te torturer. Je... Mais j'ai besoin d'un peu de temps. C'est... Choquant. » Dit-elle avec un sourire désolé, grimaçant. « Ne t'éloigne pas. Reste. Je veux que tu reste. » Dit-elle encore, à la manière d'une litanie, caressant toujours ses cheveux.




Salvation
Revenir en haut Aller en bas
avatar




ADMIN — les maitres du royaume


☆ date d'arrivée : 04/05/2015
☆ potins balancés : 599

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   Jeu 9 Juin - 15:05

Le musicien toxico et la batarde
Anastasia & Ezeckiel
« Tais toi. Juste... Tais toi. » Il rentre les épaules, comme un enfant qui vient de se faire envoyer sur les roses, comme lorsqu'on se fait gronder et qu'on sait que ça ne sert à rien de protester car on est en tord. Il se fait recaler et il ne dit rien, lui qui a toujours beaucoup de caractère et d'emprise sur lui même et sur sa vie, pour la première fois il s'écrase véritablement et cela se voit. Ezeckiel ne peut rien dire, rien ne peut excuser son geste et ce qu'il vient d'expliquer à la femme qui partage sa vie.Il craint son jugement, il craint qu’elle le balance. Après tout c'est normal, elle tient sa vie entre ses mains et peut faire ce qu'elle veut de lui. Mais il semble que son amour et sa dévotion soit plus important que tout le reste. Il voit une crise de nerf arriver et aussitôt il l'assoit sur une chaise avant de lui donner un verre d'eau. Après tout elle est enceinte et ne doit pas se mettre dan ce genre d'état ce serait mauvais pour le bébé. Et pour elle, évidemment. Il s'assoit devant elle dans une position tellement soumise, il fait pénitence, il n'y a rien d'autre à faire de toute façon. « Je ne suis pas là pour te juger, ou pour te faire enfermer. Tu es conscient de tes actes et tu... Tu es quelqu'un de bien, Ezeckiel. J'ai beau avoir une morale assez stricte d'autres mériteraient ce châtiment. Pas toi. » Dit-elle en venant caresser ses cheveux alors qu'il pose sa tête contre elle. Il frisonne de voir à quel point elle lui pardonne, son amour et son pardon n'a pas de limite. Plusieurs seraient déjà partis pour le dénoncer sans une once d'hésitation. « Je ne veux pas que tu partes. » « Alors je reste. » Dit-il en faisant écho à sa phrase. Il soupire de bien être lorsqu'elle masse son cuir chevelu et aussitôt, relève la tête pour qu'elle le gratte.

« Ta place est ici. Nul part ailleurs. Tu ferais plus de mal en... je ferais plus de mal en te faisant partir. Je ne le souhaite pas. » Il restera, il ne bougera pas d'ici et ne partira pas. Ana refuse qu'il la quitte et lui même n'en aurait pas le courage, ce serait trop lui demander. Il est terriblement faible lorsqu'il s'agit d'Anastasia et de Lily, pire encore lorsque cela concerne son enfant à venir. Elle veut qu'il reste alors il va obéir, et surtout refouler son angoisse qui monte, cette peur sourde qu'un jour les autorités viennent le chercher et le punir enfin pour son crime. « C'est ton passé, Ezeckiel. Je... Tu as changé. Tu as fait amende honorable, non ? Je ne suis pas là pour te torturer. Je... Mais j'ai besoin d'un peu de temps. C'est... Choquant. » Il hoche la tête pour répondre à sa question, baissant la tête encore lorsqu'elle lui avoue qu'elle trouve ça choquant. Il a l'impression d'être plus bas que terre, c'est horrible. « Ne t'éloigne pas. Reste. Je veux que tu reste. » Il se relève doucement et vient poser sa tête contre son ventre, écouter le bébé si il le peut. Il enlace ses bras autour d'elle et dans cette position, lui offre un câlin maladroit. Il a terriblement besoin d'elle, savoir qu'elle est là, qu'elle ne va pas partir ni s'éloigner. Sans savoir que celui qui va mal vivre toute cette annonce, c'est lui même.



   
This Love
Mais la passion est comme une drogue : en connaître les effets ravageurs n'a jamais empêché personne de continuer à se détruire après avoir mis son doigt dans l'engrenage.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
le musicien toxico et la bâtarde (anackiel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jusqu'à l'excès  :: Oxford, Royaume-Uni :: The United Kingdom :: Londres-
Sauter vers: